Memory, Vivian Girls

Au cours de la période 2005-2015, peu de groupes ont su exprimer aussi bien que les Brooklynoises des Vivian Girls un désir d’anticonformisme marié à une ouverture de soi, à une vulnérabilité. Dotées d’une sensibilité punk sans être exubérantes ou provocantes, elles ont, dans leur courte carrière (2007-2014), laissé un héritage de chansons simples mais étudiées, un rock’n’roll baignant dans un nuage de distorsion si épais qu’on aurait cru parfois à un rêve lointain. Peut-on parler de « New New Romantics » ? Le trio revient à la vie après cinq ans d’inexistence, et s’il a toujours su communiquer un côté sombre, presque inquiet, c’est particulièrement le cas sur Memory, album témoin d’une résurrection californienne. Le nuage de brume est toujours bien présent (même un peu monocorde parfois), et le groupe, qui a toujours manifesté son amour des Ramones, des Wipers ou autres groupes « 1, 2, 3, 4 », se fait presque goth ici (I’m Far Away). Pour des revenantes, un disque peuplé de fantômes — surtout métaphoriques —, c’est à propos.

 

Memory

★★★ 1/2
Noise-pop

Vivian Girls, Polyvinyl