L’Orchestre national de France à Paris justifie le choix de Charles Dutoit

Charles Dutoit a déjà dirigé l’Orchestre national de France et son retour sur scène à Paris, dimanche, n’a pas encore causé de commotion en France.
Photo: Alex Brandon Associated Press Charles Dutoit a déjà dirigé l’Orchestre national de France et son retour sur scène à Paris, dimanche, n’a pas encore causé de commotion en France.

L’Orchestre national de France a déclaré mercredi à Associated Press (AP) que le chef d’orchestre suisse Charles Dutoit avait été choisi pour diriger La damnation de Faust de Berlioz à la Philharmonie de Paris, dimanche, parce qu’il était le seul chef possédant les compétences requises pour remplacer au pied levé Emmanuel Krivine, tombé malade la semaine dernière. M. Dutoit est un spécialiste reconnu du compositeur français.

Le chef d’orchestre visé par plusieurs allégations d’agressions sexuelles et de harcèlement, dirigera donc le concert de l’Orchestre, son apparition la plus « prestigieuse » depuis les premières révélations d’AP en 2017.

Les responsables de l’Orchestre national de France n’ont pas voulu commenter les allégations d’agressions sexuelles, mais ils soutiennent que la décision d’embaucher M. Dutoit avait été discutée avec les musiciens qui joueront dimanche à la Cité de la musique. La Philharmonie de Paris n’a pas non plus voulu faire de commentaire, affirmant que c’était l’Orchestre qui avait décidé de l’embaucher.

La soprano française à la retraite Anne-Sophie Schmidt, l’une de celles qui ont dénoncé le chef Dutoit, s’est dite choquée par la décision de l’orchestre. Elle a déploré le « message puissant et catastrophique » qu’il envoie aux victimes, comme si elles « ne comptaient pour rien ».

M. Dutoit a nié toutes les allégations, affirmant qu’elles étaient « aussi choquantes » pour lui que pour ses amis et collègues. Il n’a pas immédiatement répondu mercredi à un message téléphonique et à un courriel demandant un commentaire.

AP avait écrit en 2017 que trois chanteuses d’opéra et une musicienne accusaient M. Dutoit de les avoir agressées sexuellement, entre 1985 et 2010, en marge de répétitions et de représentations dans cinq villes américaines. En janvier 2018, AP signalait six nouvelles allégations émanant de musiciennes aux États-Unis, en France et au Canada ; une musicienne aurait déclaré que le maestro l’avait violée en 1988.

M. Dutoit a quitté ses fonctions de directeur artistique et chef principal du Royal Philharmonic Orchestra de Grande-Bretagne à la suite de ces allégations, et plusieurs grands orchestres américains ont rompu tous leurs liens avec lui. Le maestro a depuis trouvé un nouvel emploi en Russie : il sera à compter de mai prochain le « chef principal invité » à l’Orchestre philharmonique de Saint-Pétersbourg.

Charles Dutoit a déjà dirigé l’Orchestre national de France et son retour sur scène à Paris, dimanche, n’a pas encore causé de commotion en France, un pays qui a eu une réponse ambivalente face au mouvement #MoiAussi — ou #BalanceTonPorc, là-bas.

À Montréal, où le chef a été 25 ans directeur artistique de l’Orchestre symphonique, de 1977 à 2002, une enquête interne relativement à deux plaintes de harcèlement sexuel « n’a pas permis de colliger suffisamment d’informations », en novembre dernier.