Le Moyen Âge s’invite au XXIe siècle

Cette année, le festival portera sur les trouvères, ces poètes et jongleurs du nord de la France qui composaient en langue d’oïl.
Photo: Les Reverdies Cette année, le festival portera sur les trouvères, ces poètes et jongleurs du nord de la France qui composaient en langue d’oïl.

C’était l’époque des troubadours, des trouvères et des jongleurs. On y chantait l’amour courtois pour la première fois, la lamentation du poète envers une dame, en général prise, en langue d’oïl ou en vieil italien.

Le Moyen Âge fait une incursion au XXIe siècle ce week-end à Montréal avec les Reverdies, ce petit festival consacré depuis quelques années à la musique de cette époque, qui se tient à l’église unie de Westmount Park.

Chaque année, les Reverdies choisissent un thème, explique la chanteuse et vielleuse Rebecca Bain, l’une des instigatrices de l’événement. Cette année, le festival portera sur les trouvères, ces chantres du nord de la France qui chantaient en langue d’oïl et parmi lesquels on trouve Chrétien de Troyes, Thibaut de Champagne et Adam de la Halle.

Et pour cette édition, le festival accueille aussi la chanteuse soprano Anne Azéma, directrice de la Boston Camerata, qui y donnera un spectacle solo où elle s’accompagnera de vielle à roue, d’une harpe et d’un organetto. Son concert : La dolce chose, chants médiévaux, 1200-1400, aura auparavant été présenté à Lévis, en collaboration avec l’ensemble de musique ancienne J’ay pris amours, les 11 et 12 octobre.

Des femmes de l’époque

Il y a déjà longtemps qu’Anne Azéma travaille le répertoire médiéval de sa voix d’or. Cette année, elle a choisi de présenter plusieurs pièces qui mettent en valeur des femmes de cette époque. Elle chantera par exemple Iseult, ou la Reine joyeuse. Plusieurs de ces textes disent des paroles de femmes, même s’ils sont anonymes et qu’on ignore s’ils ont été composés par des hommes ou des femmes.

Photo: Les Reverdies Le festival accueille la chanteuse soprano Anne Azéma, directrice de la Boston Camerata, qui y donnera un spectacle solo où elle s’accompagnera d’une vielle à roue, d’une harpe et d’un organetto.

« Certains textes sont pleins de colère et de désespoir, dit Mme Azema. Dans certains textes, une femme parle de son mari qui la bat. » Un texte, la parabole des vierges sages et folles, de 1310, illustre la solitude de la Vierge.

Les textes sont écrits en langue d’oïl, vieux français du nord de la France. Pour Mme Azéma, cette langue est « assez compréhensible » pour les francophones. « Ça n’est pas une langue étrangère », dit-elle. Le cousinage entre les langues se retrouve notamment dans une « façon de penser » similaire, dit-elle.

Voici un exemple : « En mai au douz tens nouvel / Que raverdissent prael / Oï sor un arbroisel / Chanter le rossignolet », qui se traduit en français d’aujourd’hui par : « En mai, au doux temps nouveau / Quand reverdissent les prés / J’entendis sous un arbre / Chanter un rossignolet. »

Il faut aussi oublier l’image d’Épinal du troubadour transportant un luth sur son cheval et errant de village en village, précise Mme Azéma. Les trouvères du Moyen Âge étaient tout simplement des musiciens, parfois nobles, qui se regroupaient pour faire de la musique, parfois en payant des musiciens professionnels.

La notion de concert avec des musiciens professionnels qui font de la musique et des gens qui viennent les regarder est relativement récente dans l’histoire.

Des ateliers pour tous

Le festival des Reverdies met d’ailleurs l’accent sur le partage de l’expérience puisqu’il offre, durant toute la journée de samedi, des ateliers pour tous sur la musique médiévale, ainsi qu’un banquet médiéval, durant la soirée de samedi.

Vendredi soir, ce sont les musiciens des Reverdies qui donnent un spectacle. On y entendra les chants de Thibault de Champagne et d’Adam de la Halle, à qui l’on doit notamment la pièce de théâtre Le jeu de Robin et de Marion.

« Le Moyen Âge, poursuit Rebecca Bain, est souvent connu par des stéréotypes véhiculés par des oeuvres comme Le Seigneur des anneaux ou Game of Thrones. Or, le Moyen Âge est une période qui a duré mille ans. » Cette période tient d’ailleurs son nom anglais péjoratif, The Dark Ages, de gens qui ont vécu à la Renaissance, précise-t-elle.

Le Moyen Âge est souvent connu par des stéréotypes véhiculés par des oeuvres comme Le Seigneur des anneaux ou Game of Thrones. Or, le Moyen Âge est une période qui a duré mille ans.

Or, la musique du Moyen Âge, les chants d’amour courtois en particulier, méditations sur les triangles amoureux, a inspiré les poètes et les musiciens jusque dans la musique populaire d’aujourd’hui.

Durant l’année, Rebecca Bain fait partie l’ensemble Scholastica, spécialisé en musique sacrée du Moyen Âge.

Le répertoire que chantera Anne Azéma est pour sa part plutôt profane. On y compte notamment des reverdies, comme on appelle ces textes poétiques que l’on chantait alors.

Ce sont des chansons simples que le public peut chanter. « Je ferai d’ailleurs chanter le public », dit Mme Azéma. Elle donnera dimanche un atelier destiné aux musiciens professionnels.

Journées médiévales Les Reverdies

Les 12 et 13 octobre 2018 à l’église unie de Westmount Park, 4695, boulevard de Maisonneuve Ouest