Egypt Station, Paul McCartney

Y a-t-il déjà eu plus stratégique mise en marché d’un album de Paul McCartney, avec ou sans Wings ? Dévoilement à la manière d’un jeu de piste dans les réseaux sociaux, facture visuelle ludique, coups de pub (le désormais célèbre Carpool Karaoke à Liverpool avec James Corden), on a voulu la sortie événementielle. Un tel battage a augmenté les attentes : l’approche thématique (l’album voyage d’une station à une autre) se révèle plutôt prétexte, et les chansons, plutôt de bon niveau, ne sont pas toujours bien servies par la réalisation très « pop moderne » de Greg Kurstin. Les moins réussies essaient trop d’être dans le coup : du McCartney, bon sang, c’est du McCartney, et c’est ce qu’on entend dans les fort belles I Don’t Know, Despite Repeated Warnings, Happy With You. À cela près que la voix désormais très voilée de notre Paul peine souvent à rendre les mélodies. Ça attriste par moments. Ce que ce sera en spectacle ? Les 17 et 20 septembre à Québec et Montréal, on saura.

Egypt Station

★★★ 1/2
Pop-rock

Paul McCartney, Capitol/Universal