Hunter, Anna Calvi

Au bout de quatre ans de silence, l’auteure, compositrice et interprète britannique Anna Calvi émerge transformée. Hunter, son pugnace troisième album, fut annoncé par un manifeste queer publié sur son site Web comme une quête de liberté, d’expériences sexuelles et de force. « Je veux trouver quelque chose de beau dans ce gâchis » de chanson rock théâtrale et rugissante qui joue sur les contrastes sonores — la guitare décapante d’Alpha suivant l’ambiance moelleuse de la ballade Swimming Pool — et les codes de genres, pour ensuite démontrer que tout ici se mélange. Comme sur ses deux premiers disques, sa voix singulière — ce timbre ambré et son trémolo appuyé — évoque à nouveau la mélancolie de Siouxie Sioux sur la puissante chanson titre, mais devient menaçante sur la poignée de chansons plus rock du disque. Calvi n’est cependant jamais aussi poignante que lorsqu’elle revient à l’essence de ses compositions, dépouillée de son orchestre et laissée à elle-même avec sa guitare, comme sur Away en fin d’album.

Écoutez Hunter

Hunter

★★★ 1/2
Rock

Anna Calvi, Domino