High as Hope, Florence + The Machine

Immense ou rien ? Les spectacles formidables de la chanteuse britannique Florence Welch, capable de couper le souffle et d’en donner à volonté (me voilà, Mick Jagger !), l’ont-ils condamnée à la surenchère des arrangements ? La Machine ne fonctionne-t-elle qu’à plein régime ? Faut-il toujours ces légions de choeurs et ces cohortes de cordes ? Oui et non. Il y a certes un crescendo à la fois irrépressible et fatalement répétitif dans June, 100 Years, Big God. On se dit que ça va cartonner devant les multitudes des grands stades. Normal, avec la voix qu’elle a ! Mais il y a aussi dans ce quatrième album de la retenue, des modulations plus balisées dans Sky Full of Song, et la chanson finale, No Choir, confine à l’intime. Ce disque est aussi celui de l’introspection, du regard sans fard sur le passé dans Grace, ballade piano en forme de lettre à sa jeune sœur, très Joni Mitchell dans la mélodie. Ce n’est pas Flo qui s’assagit, mais Flo qui réagit au succès. Salutaire geste.

Écoutez Sky Full of Song

High as Hope

★★★★
Pop-rock

Florence + The Machine, Virgin / Universal