Les planètes, Orchestre symphonique de Boston

Résumons la situation lapidairement : à travers ce couplage, inauguré par la réédition « The Originals » de Deutsche Grammophon, ce CD est devenu à mes yeux l’un des dix plus grands disques symphoniques du catalogue : une parution pour tous, en matière d’accessibilité du répertoire pour les néophytes, de frissons sonores pour les hifistes, de fulgurances interprétatives pour les mélomanes. William Steinberg est le chef qui aurait dû succéder à Charles Munch à Boston en 1962. Erreur irréparable, c’est Erich Leinsdorf qui lui a été préféré. Lorsqu’en 1969 le Boston Symphony s’amenda de sa faute, il était trop tard : Steinberg, malade, dut abandonner son poste trois ans plus tard. Ces deux tsunamis orchestraux ont été enregistrés en 1970 et 1971. DG avait promu Les planètes et relégué le Zarathoustra qui faisait de l’ombre à Karajan. Désormais, ces merveilles, devenues légendes, ont droit à un rematriçage exceptionnel dans une édition « définitive », qui adjoint au CD un Blu-ray comportant une piste stéréo 24-192 et une version DTS HD quadraphonique.
 

Écoutez Œuvre de Holst + Strauss: Ainsi parlait Zarathoustra​

Les planètes

★★★★★
Classique

Oeuvre de Holst + Strauss : Ainsi parlait Zarathoustra, Orchestre symphonique de Boston, William Steinberg, DG CD et Blu-ray audio 479 8669