Dead Obies, la consécration

Les Obies ont choisi d’ouvrir le bal avec une inédite, «Oh Boy».
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir Les Obies ont choisi d’ouvrir le bal avec une inédite, «Oh Boy».

« Je pense que y’a des gens au Dairy Queen qui regardent le show ! » a balancé un des Dead Obies, quelque part au milieu du spectacle que le groupe offrait hier soir sur la grande scène de la place des Festivals. Il a de bons yeux : ç’aurait pris une paire de jumelles pour scruter jusqu’au bout de la foule, si grosse qu’elle débordait sur le trottoir côté sud de Sainte-Catherine. Par dizaines de milliers, les festivaliers ont profité de cette soirée parfaite, après deux jours de pluie aux Francos, pour inonder le Quartier des spectacles et danser sur les rythmes du quintette. Et oui, ça a dansé, au risque d’échapper son cornet de molle au chocolat.

À l’écran géant derrière la grande scène sur le coup de 21 h, les images d’une caméra suivant leur arrivée en rutilant VUS noir. Les portières se sont ouvertes dans un gros nuage de fumée verte ; une fois sortis du véhicule, les cinq membres de Dead Obies ont pris le chemin des coulisses sous les cris des premiers arrivés ; les autres étaient en chemin, terminant de profiter du concert d’un autre groupe rap, LaF, au coin de la rue plus bas.

Et comme si de rien n’était, les Obies ont choisi d’ouvrir le bal avec une inédite. Faut le faire : elle porte le titre Oh Boy, on l’attendra sur le prochain album, le premier qu’ils offriront depuis que le MC Yes Mccan (le Damien de la télésérie Fugueuse) a quitté les rangs du groupe pour poursuivre sa carrière en solo. Oh Boy a vite donné le ton : musclée et crépitante, livrée avec assurance par ces quatre rappeurs remontés et un DJ tout aussi affamé, tous prêts à épuiser les dizaines de milliers de fans devant eux.

Waiting, qui suivait, fut l’une des rares concessions plus pop et mélodieuses de la soirée — un brin déçu, on s’étonnera qu’ils n’aient pas interprété pendant le spectacle Cruel Summer du EP Air Max (2017). Avec la météo parfaite de vendredi soir, c’eût été fameux… Néanmoins, l’accrocheur extrait de l’album Gesamtkunstwerk (2016) a frappé dans le mille, avec la foule qui chantait avec eux le refrain : « Ready pour le show/Ready for some more ». Ah ça oui, ils étaient prêts.

Et parce que les gars ne sont pas gonflés qu’à moitié, voilà déjà une autre inédite — nos notes lui accordent le titre Look @ My Life. Une basse lourde qui traîne des pieds, martelée par une rythmique clinquante semblable à celle de Bird (aussi nouvelle, sauf erreur) qui a suivi peu après, accompagnée par de sobres mais élégantes images en noir et blanc.

Que le quintette n’ait eu besoin de rien d’autre que de projections sur l’écran géant pour garder la foule captive témoigne de la présence qu’ils imposent sur scène. Même pas d’orchestre : VNCE à sa table de mixage qui suffit à la tâche — pour entendre Dead Obies avec orchestre, rendez-vous samedi soir devant la même scène pour le grand concert Rapkeb Allstarz. S’ils semblent moins échevelés et éparpillés qu’à leurs débuts, les quatre rappeurs en imposent tous de manière distincte par leur style et leur présence, et chacun d’eux aura droit à son petit moment de gloire.

Joe Rocca d’abord sur Do or Die de l’album Montréal $ud, qui les a fait connaître en 2013, puis 20SOME et sa prosodie finement hachée sur Runnin’, du même album. L’effort collectif a fait des ravages sur Jelly, qu’ils ont étirée longuement, et savoureusement, Snail Kid en prenant le contrôle, Explosif, cette dernière bénéficiant de la complainte, langoureuse et presque chantée, d’OG Bear, la bombe Anweille et la chanson Montréal $ud.

Dead Obies avait quelques autres inédites dans son sac avant la fin de la soirée : MTL CAN et son puissant groove trap, puis le futur succès C’quoi les bails. Juste avant le succès Where They @,qui terminait presque le spectacle (le rappel ne pouvait se conclure sans le brûlot punk Tony Hawk !), le groupe a convié sur scène les collègues Imposs de Muzion et la recrue Mike Shabb pour accompagner Joe Rocca sur Réel, de son propre album solo paru en décembre dernier. Soirée réussie.