Un «Concerto de Québec» vif, mobile et spontané

Jean-Philippe Sylvestre
Photo: Étienne Boucher Cazabon Jean-Philippe Sylvestre

Le maire de Mont-Royal n’avait pas vu cette église aussi pleine depuis neuf ans. Six cents personnes s’y étaient entassées pour entendre le 3e volet de la série André Mathieu du Festival Classica, la reprise du Concerto de Québec enregistré en 2017 par Jean-Philippe Sylvestre et Alain Trudel.

Le disque ATMA faisait état d’un regard neuf sur le compositeur, hélas desservi par un piano au réglage imparfait. Vivre l’expérience en direct fut jubilatoire. Schématisons par rapport à nos repères existants : en enlevant du Rachmaninov et en rajoutant du Gershwin, Sylvestre replace la musique du jeune Mathieu (14 ans) dans un univers d’images sonores.

Resitué dans le contexte du cinéma des années 1940 (Dangerous Moonlight et son fameux concerto de Richard Addinsell datent de 1941), le thème principal du 2e mouvement prend une allure de romance et les idées musicales qui fusent sont autant de séquences, dont le côté épars dérange moins, puisqu’il n’y a pas de prétention de « musique savante ». Le Concerto de Québec de Jean-Philippe Sylvestre et Alain Trudel est vif, mobile, spontané et nourri par une belle et vraie complicité des musiciens de l’Orchestre Métropolitain.

L’excellent Antinomie de Jacques Hétu, très imprégné de Dutilleux, nous amène à penser que le Métropolitain ou le prochain directeur musical de l’OSM devraient vraiment se pencher sur la constitution d’un solide fonds de répertoire symphonique patrimonial québécois indiscutable, régulièrement programmé.

Quant à la 4e Symphonie de Tchaïkovski, Alain Trudel en a livré une lecture très efficace, plus droite et directe que celle, finement psychologique, de Yannick Nézet-Séguin. Il manquait une ou deux répétitions pour un travail de détail plus raffiné dans les nuances, mais l’impact a impressionné les auditeurs.

Concerto de Québec

Festival Classica. Hétu : Antinomie. Mathieu : Concerto de Québec. Tchaïkovski : Symphonie no 4. Jean-Philippe Sylvestre (piano), Orchestre Métropolitain, Alain Trudel. Paroisse Our Lady of the Annunciation, Mont-Royal, mardi 12 juin 2018.