Dag Wirén. Symphonie no 3. Sérénade pour cordes op. 11. Divertimento, op. 29. Sinfonietta en ut. Orchestre symphonique d’Islande, Rumon Gamba.

Admirateurs de Sibelius et de Nielsen, accourez ! Avec la musique du Suédois Dag Wirén (1905-1986), nous ne sommes pas dans le futile et la découverte pour la découverte. Certes, cette musique reste épigonale, mais un épigone de ce calibre plaira à tous ceux qui explorent la musique nordique. Wirén, un réactionnaire, fuit le modernisme et cultive une « musique absolue » qui descend « de Bach, Mozart et Nielsen ». Comme beaucoup d’érudits du genre, il est à la fois spongieux (absorbant beaucoup d’idiomes) et personnel. La Symphonie no 3 (1943-1944) me fait beaucoup penser à Sibelius, notamment la 5e Symphonie dans la lutte finale (mais la fin du 1er mouvement doit à la 5e de Nielsen et le mouvement lent, entièrement à Nielsen). D’autres compositeurs parfois inattendus sont convoqués, tel Debussy, dans le finale du Divertimento (1953-1957), en extrait sur les plateformes numériques du Devoir. La virevoltante et spirituelle Sérénade opus 11 est du pain béni pour un ensemble tel qu’I Musici. Bref, il y a dans ce SACD bien du grain à moudre.
 

 

Rumon Gamba dirige le finale du Divertimento de Dag Wirén

Dag Wirén

★★★★
Classique

Symphonie no 3. Sérénade pour cordes op. 11. Divertimento, op. 29. Sinfonietta en ut. Orchestre symphonique d’Islande, Rumon Gamba. Chandos CHSA 5194.