Damned if I do, Kandle

Quatre ans après la sortie du premier album In Flames chez Dare to Care, l’auteure, compositrice et interprète Kandle Osborne refait surface avec un nouveau contrat de disque auprès de la torontoise Sleepless Records et un nouvel EP, coécrit et coréalisé par le complice Sam Goldberg (Broken Social Scene). Beaucoup de neuf, donc, sinon dans la proposition musicale : sa formule de chanson rock, de blues et de folk n’a pas changé d’une note depuis les premières chansons apparues il y a six ans. Ceux qui ont aimé sa gouaille, la flamme qui brûle dans sa gorge y trouveront leur compte, et peut-être même la satisfaction d’entendre des guitares plus mordantes qu’auparavant, comme dans Bender, laquelle fait passer Kandle pour la petite cousine montréalaise de Jack White. C’est plutôt dans le folk dépouillé, planant mais incarné, de Broken Boys que l’on cherchera plus de personnalité, dans le texte autant que dans l’interprétation plus posée qui rappelle vaguement le travail de Krisin Hersh des Throwing Muses.

Écoutez When My Body Breaks

Damned if I do

★★★
Folk rock

Kandle, Sleepless Records