L’année des découvertes au Festival Bach

Le menu du Thomanerchor de Leipzig sera consacré ce mercredi aux œuvres de Schütz, Schein, Bach et Mendelssohn.
Photo: Matthias Knoch Le menu du Thomanerchor de Leipzig sera consacré ce mercredi aux œuvres de Schütz, Schein, Bach et Mendelssohn.

En avant-goût du Festival Bach de Montréal, qui se tiendra du 17 novembre au 3 décembre, la maîtrise de Saint-Thomas de Leipzig, le choeur de Jean-Sébastien Bach lui-même, donnera, ce mercredi 8 novembre à 19 h 30 à la basilique Notre-Dame, un concert consacré aux 500 ans de la Réforme.

Le Thomanerchor de Leipzig, héritier de 800 ans d’histoire, avait fait sensation en 2013 lors de sa première visite à Montréal. « Légende vivante » fut le titre de notre compte rendu du concert. Le menu 2017 sera consacré aux oeuvres de Schütz, Schein, Bach et Mendelssohn.

Ce prélude met parfaitement la table pour un millésime 2017 courageux, qui amènera à Montréal des interprètes très peu connus au Québec, notamment des choeurs. Il en va ainsi de l’ensemble tchèque Collegium 1704 dirigé par Vaclav Luks qui, avec la Messe en si, ouvrira le Festival Bach proprement dit, le 17 novembre à 19 h à la Maison symphonique. Vaclav Luks a enregistré en 2013 une superbe interprétation de cette oeuvre pour l’étiquette Accent et verra paraître vendredi, en audio et vidéo chez Naxos, la Missa salisburgensis de Biber enregistrée au Festival de Salzbourg 2016.

Un concert du lundi 20 novembre, à Saint-Léon de Westmount, s’inscrira dans le prolongement de la soirée de ce mercredi, puisque Vox Luminis, choeur belge dirigé par Lionel Meunier, viendra chanter des oeuvres de la famille Bach et le fabuleux Musikalische Exequien, messe de funérailles de Heinrich Schütz. Dix jours plus tard, à la salle Bourgie, Joël Suhubiette dirigera l’Ensemble Jacques Moderne dans un autre chef-d’oeuvre de la période antérieure à Bach : Israelis Brünnlein, de Johann Hermann Schein (1586-1630).

Solistes

Choeur de Saint-Thomas, Collegium 1704, Vox Luminis, Ensemble Jacques Moderne, auxquels il faut ajouter les London Handel Players le 29 novembre : pour une manifestation soutenue par le Conseil des arts et des lettres du Québec avec trois à six fois moins d’enthousiasme que d’autres festivals même pas équivalents (10 000 dollars en tout et pour tout, afin d’être clair et précis), la hardiesse est impressionnante.

L’audace du Festival Bach ne s’arrête pas là, puisque trois solistes majeurs seront accueillis dans la métropole. Nick van Bloss, 50 ans, qui, le 18 novembre à la salle Bourgie, jouera les Variations Goldberg dont il a marqué la discographie par un enregistrement (Nimbus) en 2010, est un pianiste atteint du syndrome de Gilles de la Tourette. Pour les Sonates de Partitas pour violon seul, Tedi Papavrami sera remplacé, le 2 décembre, par Antje Weithaas. Tous deux ne nous en voudront pas de nous voir placer au-dessus la venue du ténor Julian Prégardien, en concert avec I Musici le 27 et en récital le 28 novembre.

À ces nombreuses visites s’ajoutent les contributions des artistes et ensembles d’ici, par exemple l’OSM par deux fois, avec Masaaki Suzuki les 21 et 23 novembre et, en postlude, Kent Nagano dans le Magnificat (12 et 13 décembre) mais aussi avec Arion, Clavecin en concert, Caprice et le Studio de musique ancienne de Montréal (concert de clôture conjoint le 3 décembre), Serhiy Salov et Olivier Fortin avec son ensemble Masques pour un programme Telemann le 19 novembre.

Initiative la plus récente : un nouveau partenariat avec la société Pro Musica et les Jeunesses musicales a conduit à l’organisation de 12 Mélodînes, de 12 h 10 à 12 h 50 à la salle Claude-Léveillée de la Place des Arts pendant la durée du festival. Cette initiative permet d’associer au Festival Bach de jeunes artistes québécois, tels Marina Thibeault, Janelle Fung, Philip Chiu, Hugo Laporte ou l’ensemble Flûte Alors !


Le Festival Bach en 5 concerts

17 novembre. Collegium 1704. Messe en si.

20 novembre. Vox Luminis. Schütz et la famille Bach.

28 novembre. Julian Prégardien en récital.

29 novembre. London Handel Players.

30 novembre. Ensemble Jacques Moderne.


À voir en vidéo