Au tour de Bernard Labadie de prendre la route de New York

Bernard Labadie sera sur la scène du Carnegie Hall le 7 décembre.
Photo: Don Emmert Agence France-Presse Bernard Labadie sera sur la scène du Carnegie Hall le 7 décembre.

Bernard Labadie rejoint Yannick Nézet-Séguin à New York. L’Orchestra of St. Luke’s de New York a annoncé mercredi la nomination du fondateur des Violons du Roy comme son chef principal à compter de la saison 2018-2019. À ce titre, Bernard Labadie assurera les concerts de cet orchestre de chambre à Carnegie Hall. Le contrat initial couvre une période de quatre ans.

L’Orchestra of St. Luke’s est, avec le Philharmonique de New York et l’Orchestre du Metropolitan Opera, l’un des trois grands orchestres de New York. C’est aussi, aux côtés de l’Orpheus Chamber Orchestra et du Saint Paul Chamber Orchestra, l’un des trois orchestres de chambre majeurs des États-Unis.

Joint juste avant son départ pour New York, Bernard Labadie a réservé aux lecteurs du Devoir ses premières impressions sur ce tournant de sa carrière et nous raconte les coulisses de cette nomination.

Première surprise : il n’a jamais dirigé l’Orchestra of St. Luke’s en concert ! « Nous n’avons travaillé qu’en répétition. La direction de l’orchestre a commencé à me courtiser en 2016. Le directeur est venu me voir travailler à Cleveland en août. J’avais un concert prévu en décembre 2017 avec l’Orchestra of St. Luke’s, mais l’organisation souhaitait accélérer le processus. Lorsque je suis allé diriger le Philharmonique de New York, en novembre 2016, je suis donc allé travailler avec eux, en répétition, dans le plus grand secret. »

Au fil du temps, Bernard Labadie a déjà rencontré quelques musiciens. Certaines têtes ne lui sont pas inconnues. « La culture de cet orchestre a une similarité claire avec les Violons du Roy. L’association est donc naturelle et les répétitions ont été un coup de foudre mutuel », se réjouit Bernard Labadie. C’est d’ailleurs l’admiration pour le travail de bâtisseur accompli à Québec qui a amené la direction de l’Orchestra of St. Luke’s à s’intéresser à lui.

La direction de l’orchestre a commencé à me courtiser en 2016. Le directeur est venu me voir travailler à Cleveland en août. J’avais un concert prévu en décembre 2017 avec l’Orchestra of St. Luke’s, mais l’organisation souhaitait accélérer le processus.

Un débouché pour Québec

L’Orchestra of St. Luke’s, résident au DiMenna Center for Classical Music de la 37e Rue à Manhattan, a une vaste palette d’activités en de nombreux endroits de Manhattan et Brooklyn, qui sollicitent et invitent les musiciens en plusieurs types de formations, dans tous les genres de musiques. Ce sont environ 80 concerts pour lesquels « les décisions relèvent des musiciens », précise Bernard Labadie, qui ne sera absolument pas impliqué dans ce fonctionnement.

« Le chef principal s’occupe du navire amiral des activités, les concerts à Carnegie Hall, plus la présence annuelle au festival de Caramoor, le centre auquel l’orchestre est associé. L’orchestre souhaitait, pour cette partie-là, travailler avec un spécialiste du répertoire de la fin du XVIIe siècle, du XVIIIe et du début du XIXe siècle. »

La série Orchestra of St. Luke’s présentée par Carnegie Hall compte trois concerts par an. Bernard Labadie, qui est toujours directeur musical de La Chapelle de Québec, se réjouit de voir à quel point la direction de l’orchestre « s’intéresse au travail réalisé avec le choeur ». Et il entrevoit déjà un débouché pratique : « Chose excitante pour nous, ici à Québec, il est dans les projets de mettre La Chapelle de Québec une fois par an avec l’Orchestra of St. Luke’s sur la scène de Carnegie Hall. »

« Avec ce qui est arrivé dans ma vie ces dernières années » (terrassé par un lymphome, le chef a dû mettre sa carrière entre parenthèses pendant 572 longs jours, entre 2014 et 2015), cette nomination arrive à point nommé. « Ce n’est pas trop lourd, ce n’est pas un poste de directeur musical en matière de responsabilités, mais ce sont des concerts prestigieux dans l’une des plus belles salles du monde, et il va y avoir les moyens de réaliser des projets très intéressants. »

Bernard Labadie est le cinquième chef principal, ou directeur musical, de cet orchestre créé en 1974. Il succède à Roger Norrington, Charles Mackerras, Donald Runnicles et Pablo Heras-Casado.

Le chef québécois dirigera son nouvel orchestre pour la première fois le 2 juillet au Caramoor Center for Music and the Arts et sera sur la scène de Carnegie Hall le 7 décembre.

2 commentaires
  • Jean Gadbois - Inscrit 4 mai 2017 00 h 17

    Une linéarité de l'esprit musical québécois en amont.

    Il est très près du velours de la meilleure sonorité de musique ancienne. Un chef qui fait lever l'ancienne frayeure de ce son unique et inquiêt. Une sonorité que l'on apprécierait ici. M. Labadie ramenez cette société musicale à Montréal.

  • Nicole D. Sévigny - Abonnée 4 mai 2017 10 h 14

    Les félicitations sont de mises...

    et je me joins à tous les Québécois qui vous souhaitent un heureux séjour dans la Grosse Pomme...pour la saison 2018-2019 ! Un honneur bien mérité !