Un Festival en attente du Jugement dernier

Le jugement dernier alliera la musique de Verdi et des projections de l’œuvre légendaire du même nom de Michel-Ange, qui orne la chapelle Sixtine.
Photo: Source Festival d’opéra de Québec Le jugement dernier alliera la musique de Verdi et des projections de l’œuvre légendaire du même nom de Michel-Ange, qui orne la chapelle Sixtine.

Le Festival d’opéra de Québec, 4e édition, s’ouvrira mercredi, au Palais Montcalm, avec un concert Vivaldi- Haendel des Violons du Roy. Le temps fort attendu de cette édition sera le Requiem de Verdi reconfiguré avec des projections dans un spectacle intitulé Le jugement dernier.

 

Le Festival d’opéra de Québec, qui aura lieu du 23 juillet au 4 août, oppose un opéra intimiste et un spectacle à grand déploiement.

 

Entre le 24 et le 27 juillet, les organisateurs chercheront à attirer un jeune public dans le cadre intimiste de la salle Octave-Crémazie du Grand Théâtre de Québec (500 places) avec un spectacle d’un peu moins d’une heure, L’enfant et les sortilèges de Maurice Ravel, dans une mise en scène de Philippe Soldevila. La distribution sera très majoritairement québécoise : Julie Boulianne, Isabelle Henriquez, Marie-Ève Munger, Rachèle Tremblay, Pascale Beaudin, Aaron Ferguson, Marc Antoine d’Aragon et Alexandre Sylvestre. Pour cette production, Grégoire Legendre, directeur général de l’Opéra de Québec, est allé chercher « une adaptation pour ensemble de chambre de Didier Puntos, pour piano à quatre mains, violoncelle et flûte, réalisée pour le Festival d’Aix-en-Provence ».

 

En entrevue au Devoir, Grégoire Legendre avoue que le choix du grand spectacle de l’édition 2014, Le jugement dernier, « une mise en opéra du Requiem de Verdi, avec une proposition visuelle extrêmement spectaculaire »,doit beaucoup au 350e anniversaire de la cathédrale de Québec. « Nous avons saisi l’occasion pour collaborer avec les célébrations de ce 350e anniversaire. »

 

Le jugement dernier, proposé les 1er, 3 et 4 août, alliera la musique de Verdi et des projections du Jugement dernier, l’oeuvre légendaire de Michel-Ange, qui orne la chapelle Sixtine. Le metteur en scène Paolo Miccichè a jugé opportun de modifier l’ordre des séquences de l’oeuvre de Verdi « pour dramatiser davantage, le Libera de final devenant une messe funéraire pour Verdi lui-même », nous dit le directeur de la manifestation. Grégoire Legendre a vu les vidéos de ce spectacle donné à Cannes et à Moscou. À Québec, les choristes chanteront par coeur et leurs costumes leur permettront de recevoir des projections. Paolo Miccichè est un spécialiste des représentations avec projections, notamment dans des cadres historiques extérieurs. À Québec, il fera feu de tout bois. « En ce qui a trait aux projections, nous n’avons jamais atteint cette puissance-là. Il n’y a pas vraiment d’éclairage ; tout vient des projections. Nous aurons un écran arrière et un écran avant avec des projections simultanées afin de créer un effet de 3 dimensions », prévient M. Legendre.

 

Le Festival d’opéra s’ouvrira, mercredi, au Palais Montcalm, avec un concert du contre-ténor David Hansen, de la soprano Sophia Brommer et des Violons du Roy sous la direction d’Alan Curtis. Il accueillera en prélude, ce mardi soir, à l’Impérial de Québec, le spectacle de L’Opera de la Calle, un groupe cubain de 30 artistes qui brasse tous les genres musicaux