Malajube: une pause au nom de la polygamie musicale

Mercredi, au Corona à Montréal, Malajube donnera le dernier spectacle de la tournée de son quatrième disque avant de faire une pause.
Photo: Pedro Ruiz - Le Devoir Mercredi, au Corona à Montréal, Malajube donnera le dernier spectacle de la tournée de son quatrième disque avant de faire une pause.

Dix ans de rock, ça use les souliers. Et ça soulève des envies de changement. Pensons à Karkwa, en sabbatique, ou à The Stills, qui a cessé ses activités en 2011. Un autre groupe phare de la scène québécoise, Malajube, a récemment annoncé qu’il faisait une pause. Est-ce la fin ? Non, assure le groupe, qui veut surtout cesser de chanter La monogamie pour se permettre quelques infidélités musicales.

Mercredi, au Corona à Montréal, Julien Mineau, Thomas Augustin, Mathieu Cournoyer et Francis Mineau donneront le dernier spectacle de la tournée de leur quatrième disque, La caverne. L’année 2012 a été plutôt calme pour le groupe, ce qui a permis à plusieurs d’entre eux d’entamer des projets personnels.


« Notre pause n’est pas du même genre que celle de Karkwa, explique au bout du fil le chanteur du groupe, Julien Mineau. Eux ont fait des collaborations depuis des années, depuis leur début. Pour nous c’est la première fois, on n’a jamais vraiment joué avec d’autre monde. C’est juste un thrill qu’on se paie. On a pressé le citron assez, on veut faire autre chose pendant une petite année. »


Il y a bien le claviériste Thomas qui avait lancé, en 2007, un mini-album avec le groupe Jacquemort. Il profitera des mois à venir pour enregistrer du nouveau matériel. Francis et Mathieu auraient aussi des plans (« On se garde des surprises ! »), tout comme Julien, qui compose de son côté une musique plus poussée dans les arrangements. « C’est drôle à dire, mais mon bout préféré de La caverne, c’est la fin de la pièce Chienne folle, le bout instrumental collé à la fin. Ce que je suis en train de faire, ça part pas mal de ces sons inquiétants. C’est un côté que j’ai toujours eu et que je suis en train d’exploiter. Après ça, je vais pouvoir refaire du rock et des accords barrés ! »


Pour son « concert d’adieu », Malajube a demandé à ses fidèles fans de construire leur liste idéale de chansons, en choisissant 18 pièces en plus d’un rappel de trois morceaux. « On en a reçu 200, s’exclame Julien. On voulait une setlist qui nous changeait de notre routine, et on en a trouvé une qui représentait bien les quatre disques. C’est spécial de jouer des vieilles tounes, ça nous fait revenir 10 ans en arrière. On ne l’a pas vu aller, mais on n’est plus les mêmes personnes du tout. Je me souviens d’avoir liché le plancher une couple de fois dans les shows, et là, c’est bien rare que je fasse ça ! Mettons qu’on a gagné en sagesse. »