«Métro» suspend son édition imprimée

La baisse d’achalandage du métro de Montréal force le journal Métro à suspendre son édition imprimée. 
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir La baisse d’achalandage du métro de Montréal force le journal Métro à suspendre son édition imprimée. 

La baisse d’achalandage du métro de Montréal force le journal Métro à suspendre son édition imprimée jusqu’au 1er septembre.

Cette décision a été prise par Andrew Mulé, le vice-président et directeur de Métro média.

« On manque de revenus de soutien pour le journal, dit M. Mulé en entrevue. Même si on réussit tous les jours à passer nos journaux, la confiance des annonceurs n’est pas là », dit-il.

La nouvelle a été annoncée dans les pages du quotidien jeudi.

« Votre quotidien prend une pause du 10 au 31 août », peut-on lire.

« Je veux être transparent avec nos lecteurs, c’est pourquoi j’annonce une pause, y écrit M. Mulé.

« Les 19 hebdomadaires du groupe continueront d’être publiés selon l’horaire régulier. Tous les employés au contenu seront redéployés à l’interne », lit-on encore. En entrevue, M. Mulé assure qu’aucune perte d’emploi ne sera liée à l’interruption de l’impression en papier du journal.

« Toute ma rédaction est préservée, dit-il. Toutes les plateformes Web du Métro demeureront actives, et il espère pouvoir reprendre l’impression en papier dès le 1er septembre. « Nous maintenons notre engagement à fournir du contenu », dit-il.

Il affirme avoir confiance de pouvoir reprendre l’édition imprimée en septembre, mais il faut que les annonceurs soient au rendez-vous.

« C’est une solution temporaire », ajoute-t-il, précisant que l’édition papier du Métro est encore très appréciée des lecteurs, et que les annonceurs semblent disposés à y investir de nouveau. « Mais il faut attendre de voir les bons de commande » de publicité, dit-il. Le fait que le journal Métro soit distribué gratuitement aux usagers le rend plus dépendant du contenu publicitaire.

En 2018, Michael Raffoul, de l’entreprise Transmet Logistics & Metropolitan Media, s’est porté acquéreur des hebdomadaires montréalais de TC médias, dont le journal Métro. Depuis, en novembre 2019, tous les autres quotidiens de Métro au Canada ont fermé leurs portes.

À voir en vidéo