En cinq chiffres: l’écart d’utilisation d’Internet diminue entre les générations

Les adultes québécois sont de plus en plus connectés à Internet, selon l'étude du CEFRIO publiée jeudi.
Photo: Getty Images Les adultes québécois sont de plus en plus connectés à Internet, selon l'étude du CEFRIO publiée jeudi.

L’écart se rétrécit constamment entre les différentes générations de Québécois quant à leur utilisation d’Internet, selon l’enquête NETendances 2018 du Centre facilitant la recherche et l’innovation dans les organisations (CEFRIO), rendue publique jeudi. La « fracture numérique » — l’âge où l’on voit un changement dans les comportements par rapport au numérique — se situe actuellement autour de 55 ans, soit 10 ans de plus qu’il y a quelques années. Ainsi, les adultes québécois sont de plus en plus connectés.

96 %

des jeunes adultes âgés de 18 à 24 ans utilisaient Internet au moins une fois quotidiennement l’an dernier. Chez les 25-34 ans, ce taux atteint 95 %. Il baisse toutefois à 61 % chez les Québécois âgés de 65 ans et plus.

77 %

des adultes entre 18 et 24 ans et 65 % des 25 à 34 ans possédaient un abonnement à au moins un service payant de visionnement de films ou de séries sur Internet. Ce chiffre baisse à la moitié des 35 et 54 ans, 44 % pour les 55 à 65 ans, et chute à moins d’un tiers des adultes de 65 ans et plus.

49 %

des 65 ans et plus utilisaient les réseaux sociaux en 2018. Pour tous les autres groupes d’âge, ce taux oscillait entre 79 et 98 %. YouTube était la plateforme la plus populaire chez les 18 à 34 ans, alors que Facebook domine chez la génération X et les baby-boomers. La génération Z est quant à elle la plus grande utilisatrice d’Instagram et de SnapChat.

63 %

C’est la proportion de Québécois âgés de 35 à 54 ans qui disposent d’une tablette électronique. Du côté des montres électroniques, le taux de possession chez les Québécois, tous groupes d’âge confondus, ne dépassait pas les 10 % en 2018.

55 %

des adultes québécois étaient optimistes quant à l’avenir des technologies et des objets intelligents dans leur vie quotidienne. Les 65 ans et plus sont les moins nombreux, à 40 %, tandis que, chez la génération Z, ce taux grimpe à 83 %.