«Le Soleil» abolit 16,5 postes

Le quotidien Le Soleil abolit l’équivalent de 16,5 postes réguliers. La salle de rédaction subit la moitié des compressions. Les départs se feront d’ici le 10 janvier. La nouvelle a été annoncée aux employés réunis en assemblée extraordinaire jeudi matin. Tous les secteurs sont touchés : le personnel de soutien, les employés de bureau et de la publicité, la rédaction. Dans les faits, bien d’autres têtes risquent de rouler. La convention collective prévoit que les postes permanents ne peuvent être abolis qu’après le congédiement des surnuméraires, des pigistes et des collaborateurs. Logiquement, des dizaines d’autres personnes pourraient donc être entraînées dans la foulée des 16,5 disparitions annoncées jeudi. La convention collective des employés arrive à échéance le 31 décembre. Le Soleil a déjà procédé à des compressions de personnel au printemps. Une vingtaine d’employés près de la retraite avaient alors accepté un plan de départ volontaire. Tous les quotidiens régionaux de Gesca sont en période de restrictions budgétaires. Plusieurs de leurs syndicats craignent l’annonce de nouvelles compressions de postes dans les prochaines semaines.