À voir à la télévision le lundi 14 avril - Buenos Aires au superlatif

Buenos Aires, capitale de l'Argentine, est une ville qui marie, semble-t-il, le raffinement européen avec une certaine rudesse de l'Amérique. C'est à tout le moins ce que se tue à répéter sur tous les tons ce reportage où les superlatifs déferlent.

«Buenos Aires ressemble à Paris il y a cent ans», affirme un publiciste interviewé ici. En fait, on a l'impression que Buenos Aires, mis à part une touche de tango, ressemble à tout sauf à elle-même.

Selon les témoignages recueillis pour ce reportage, le vaste monde serait si complètement représenté dans cette ville de 308 km2 qu'on en vient à se demander ce qui en fait sa singularité. Buenos Aires est en effet sans cesse rapprochée de Londres, de Paris,

de Rome, voire de Montréal. Elle n'en serait cependant pas l'égale, mais une sorte de produit chic et composite. Au nom de quoi? Du «raffinement», de «l'opulence», du «spectaculaire», du «cosmopolitisme» et des nuits folles. «On ne se sent pas à l'écart du monde», raconte une créatrice de mode heureuse du succès commercial de ses produits. On veut bien. Mais le monde est-il seulement cela?

La vie urbaine est envisagée ici selon un angle strictement bourgeois. Les créateurs

de sacs de cuir, les architectes branchés, les designers de vêtements, les galeries d'art contemporain sont au menu. Y a-t-il autre chose? À en croire ce reportage, Buenos Aires flotterait sur un nuage d'argent, sans aucun ancrage historique ou sociopolitique. L'Argentine de la dictature, les suites du terrible désastre économique de 2002, les conflits sociaux, tout cela et bien plus encore est étrangement passé sous silence...

Une ville, un style / Buenos Aires - TV5, 22h30