«La faune connectée»: fragile faune

L’émission prend le temps de nous faire découvrir ces animaux extraordinaires et les humains qui ont choisi de travailler d’arrache-pied pour les protéger.
Photo: Radio-Canada L’émission prend le temps de nous faire découvrir ces animaux extraordinaires et les humains qui ont choisi de travailler d’arrache-pied pour les protéger.

Décès élevés de tortues dus aux automobilistes, camouflage naturel des lièvres déréglé par rapport aux saisons, infection mystérieuse décimant des populations de chauve-souris…

Des centaines de raisons de s’inquiéter. Des milliers d’animaux au statut préoccupant. Que ce soit dû à leur population en chute libre ou bien à leur comportement qui n’arrive pas à suivre la cadence alarmante du réchauffement climatique, nombreux sont les animaux qui font l’objet d’études de biologistes.

Voilà la prémisse de la série documentaire La faune connectée qui met en lumière au cours de huit épisodes tout autant d’animaux issus de la biodiversité canadienne et leurs difficultés vis-à-vis des perturbations environnementales. À l’aide de microtechnologies raffinées, divers chercheurs tentent de mesurer les impacts des changements climatiques sur la faune d’ici.

L’émission ne se limite pas seulement à présenter ces tragiques problèmes. Celle-ci prend le temps de nous faire découvrir ces animaux extraordinaires — avec des plans stupéfiants de drones et de caméras sous-marines — et les humains qui ont choisi de travailler d’arrache-pied pour les protéger. À travers un épisode, des semaines ont pu s’écouler, ce qui permet au public de suivre le travail continu et colossal de ces gens qui se dévouent — littéralement — corps et âme à la cause.

Immensément enrichissante avec son approche pédagogique très intéressante, la série réussit à créer un attachement entre ces animaux sauvages et le public, qui n’a d’autre choix que de se conscientiser face à ces tristes réalités.

La faune connectée

ICI Explora, mardi à 20 h et 20 h 30, dès le 28 juin

À voir en vidéo