«Derrière la porte d’un proche aidant»: aider son prochain

Les proches aidants sont bien souvent au bord de l’épuisement mental à la suite de renoncements inévitables.
Photo: Radio-Canada Les proches aidants sont bien souvent au bord de l’épuisement mental à la suite de renoncements inévitables.

Le chiffre paraît irréel : le Québec compte 1,5 million de proches aidants, ce qui représente 21,5 % de la population adulte. Et si la proche aidance est omniprésente dans les médias et dans la bouche des politiciens, l’expérience des principaux concernés demeure une zone d’ombre pour le grand public. Jean-Sébastien Girard, lui-même proche aidant, rencontre certains de ses pairs pour remettre les pendules à l’heure de 2022.

« Il faut faire le deuil de la personnependant qu’elle est vivante. » Ces mots prononcés par Maria Vilas, qui s’occupe quotidiennement de sa mère atteinte d’alzheimer, résument bien l’esprit du documentaire. Ce qui frappe d’abord et surtout en le regardant, c’est l’exigence émotionnelle qui incombe aux aidants naturels lorsqu’ils prodiguent des soins à domicile.

Puisqu’ils — enfin surtout elles — accompagnent un être aimé vers l’ultime adieu, c’est toute leur vie qui en est bouleversée. Et comme si l’appréhension ressentie envers la mort d’un parent ou d’un conjoint ne suffisait pas, les proches aidants sont bien souvent au bord de l’épuisement mental à la suite de renoncements inévitables à leurs activités sociales, voire à certaines obligations professionnelles. Sans compter la culpabilité qui les gagne lorsqu’un jour, l’institutionnalisation devient la seule option.

En leur donnant la parole, mais aussi en rencontrant différents acteurs du milieu, le documentaire soulève avec humanité les enjeux inhérents au vieillissement de la population. Maintenant, « il ne s’agit pas de savoir ce que vous feriez si ça vous arrivait, mais quand ça arrivera », dit Jean-Sébastien Girard.

Derrière la porte d’un proche aidant

ICI Télé, samedi 14 mai, 22 h 30 et sur Tou.tv

À voir en vidéo