Les séries américaines qui vont réchauffer l’automne

Une scène de «Fondation», première adaptation télévisuelle
du chef-d’oeuvre de science-fiction.
Photo: AppleTv+ Une scène de «Fondation», première adaptation télévisuelle du chef-d’oeuvre de science-fiction.

Le réalisateur, scénariste et producteur Lee Daniels (Precious, Empire) est à l’origine de deux nouvelles séries qui ont la particularité de mettre en scène des personnages des classes moyennes afro-américaines, celles d’hier et d’aujourd’hui.

Celle qui ralliera sans doute le plus de curieux devant le petit écran est The Wonder Years, la nouvelle version de la série culte (1988-1993), qui a si bien su décrire les émois adolescents de son petit héros issu d’une famille ordinaire d’une banlieue anonyme dans une période de grandes mutations dans la société américaine, soit de 1968 à 1973.

Cette fois, on suit Dean Williams, ses amis et sa famille à la même époque, mais à Montgomery, en Alabama. Comme on peut s’en douter, la question raciale prendra une plus grande place que dans la version originale… Don Cheadle assure la narration de ce récit d’apprentissage, Dulé Hill incarne le père (cette fois, professeur de musique) du héros et Fred Savage, l’acteur principal de la série originale, coproduit et réalise le premier épisode. À ABC et à CTV, dès le 22 septembre.

Photo: ABC La série qui ralliera sans doute le plus de curieux est «The Wonder Years», nouvelle version.

Lethriller savonneux Our Kind of People nous entraîne complètement ailleurs, dans l’univers méconnu de la classe moyenne supérieure afro-américaine. Inspirée par l’essai du même titre de Lawrence Otis Graham, qui décrivait les dessous de cette élite économique, la série de fiction suit l’incursion d’une entrepreneuse de condition plus modeste dans le cercle fermé des riches plaisanciers de cette communauté à Martha’s Vineyard, qui viendra semer la pagaille. À Fox et à CTV, dès le 21 septembre.

Des grands vus par des grands

Trois productions documentaires dressant le portrait de légendes du XXe siècle, toutes trois très attendues, sont réalisées par des réalisateurs à la feuille de route impressionnante.

Les documentaires consacrés à Muhammad Ali ne manquent pas depuis quelques années. D’ailleurs, Netflix vient tout juste d’en dévoiler un sur sa relation avec Malcolm X (Blood Brothers : Malcom X & Muhammad Ali). Mais nous sommes très curieux du portrait qu’en dressera Ken Burns, assisté de sa fille Sarah et son gendre David McMahon dans la série en quatre épisodes tout simplement intitulée Muhammad Ali. À PBS, du 19 au 22 septembre.

 

Le réalisateur néo-zélandais Peter Jackson s’est attaqué à une tâche colossale : reprendre la soixantaine d’heures de tournage des séances d’enregistrement des deux derniers albums des Beatles, qui ont servi de matière première au documentaire Let It Be (1970), pour dresser un portrait plus joyeux du chant du cygne des Fab Four. Ça donne Get Back, une minisérie en trois épisodes de deux heures. Sur Disney+, du 25 au 27 novembre.

Dévoilé au dernier Festival de Cannes où il a reçu un accueil enthousiaste, le documentaire The Velvet Underground, de Todd Haynes (I’m Not There) qui, comme son titre l’indique, est consacré à la formation légendaire menée par Lou Reed, arrive simultanément en salles et sur Apple TV+, dès le 15 octobre.

De vieilles connaissances

Certains personnages marquants des dernières décennies télévisuelles reprennent du service cet automne. C’est le cas du gentil tueur en série Dexter, toujours incarné par Michael C. Hall, qu’on retrouve dans Dexter : New Blood, dix ans après les événements de la finale décriée par bien des fans, réfugié dans la campagne profonde de l’État de New York et tentant de réprimer ses pulsions meurtrières… À Showtime et à Crave, dès le 7 novembre.

On reste dans la même région pour les retrouvailles des héroïnes de Sex and the City, moins la flamboyante Samantha. And Just Like That, donnera à voir Carrie et ses amies, désormais quinquagénaires, qui doivent toujours naviguer dans les méandres de l’amour, la séduction et les vicissitudes du couple… Sur HBO Max et sur Crave, à une date encore inconnue cet automne.

Six ans après avoir raccroché son micro de la quotidienne satirique The Daily Show, le comique souvent sérieux John Stewart reprend du service dans The Problem with Jon Stewart, une émission hebdomadaire qui abordera un seul sujet d’actualité en profondeur, plutôt que les nouvelles de la semaine, entre autres grâce aux interventions de gens touchés par le sujet abordé. Sur Apple TV+, dès le 30 septembre.

Science-fiction

Les amateurs de littérature de science-fiction sont gâtés cet automne : ils auront droit à la toute première adaptation télévisuelle du chef-d’œuvre « fondateur » de ce genre, la série de romans Fondation, d’Isaac Asimov. Il faudra sans doute plusieurs saisons pour couvrir les 22 000 ans que couvre cette saga exceptionnelle. Jared Harris (Tchernobyl) y incarne le mathématicien Hari Seldon. Sur Apple TV+, dès le 24 septembre.

Un autre chef-d’œuvre, celui-ci beaucoup plus récent, aura également droit à sa version télévisuelle :Station Eleven, de l’autrice canadienne-anglaise Emily St. John Mandel, qui raconte les suites d’une pandémie de grippe porcine qui a décimé une grande partie de l’humanité. Sur HBO Max et sur Crave, à une date encore inconnue cet automne.

Faits vécus

De « vraies personnes » sont au cœur de séries de fictions prometteuses, du moins sur papier ! Ainsi la série autobiographique Colin in Black and White, le footballeur Colin Kaepernick, devenu icône du mouvement Black Lives Matter, raconte (littéralement, puisqu’il est coscénariste et narrateur) sa jeunesse auprès de parents adoptifs blancs, avec la collaboration d’Ava DuVernay (Selma) à la scénarisation et à la réalisation. Sur Netflix, dès le 29 octobre.

Dans un tout autre registre, The Shrink Next Door, comédie noire inspirée du balado du même nom, raconte l’histoire bien vraie d’un psychiatre new-yorkais « des vedettes » (Paul Rudd) qui s’incruste dans la vie d’un de ses patients de longue date (Will Ferrell), sur le cours d’une trentaine d’années, allant jusqu’à s’installer dans sa maison luxueuse et à lui usurper son entreprise familiale. Sur Apple TV+, le 12 novembre.



À voir en vidéo