​Sur vos écrans: en avant la musique!

Ariane Moffatt anime «Rallumer les
étoiles à Béthanie»
Photo: Télé-Québec Ariane Moffatt anime «Rallumer les étoiles à Béthanie»

Une étoile à la fois

Un décor assez inusité a été choisi pour la troisième édition du spectacle Rallumer les étoiles, se tenant cette fois-ci à Béthanie. Après une chapelle à Lac-Mégantic l’été dernier et un aéroport à Victoriaville en mai, la production s’est déplacée sur le terrain de la Grosse Lanterne, un site de grandeur nature (GN). Les GN sont des jeux de rôles où les joueurs incarnent leurs personnages dans un univers fictif, souvent médiéval. Ainsi, la parcelle de terre à Béthanie abrite des maisons qui laissent croire à un retour au Moyen Âge.

Pourtant, lorsque le soir arrive et que les lumières s’allument de manière à projeter des voiles bleus ou rouges sur les bâtiments et la forêt, le paysage s’anime laissant derrière lui son air féodal. Les multiples petites scènes, COVID-19 oblige, accueillent ainsi tour à tour des artistes d’ici. Ariane Moffatt ouvre le bal comme animatrice avec sa chanson Debout qu’elle dédie au public. Il est vrai que ses paroles « J’ai besoin de toi, c’est tout, j’ai besoin de nous, c’est comme ça » prennent un tout autre sens depuis la pandémie. Arrivent ensuite Martha Wainwright, Choses Sauvages, Mateo ainsi que le quatuor Mommies on the Run.

Tout comme le décor féerique, cet agencement d’artistes semble farfelu, mais leur musique s’accordera à merveille. En plus d’entendre de nouvelles chansons, c’est un charmant spectacle où tous retrouvent et partagent le plaisir de jouer à nouveau sur une scène devant public. Et cela se ressent.



Rallumer les étoiles à Béthanie
Télé-Québec, le 24 juillet, 20 h
 

Vivre à un rythme effréné

Dans ce nouvel épisode d’American Masters, série présentant des biographies d’États-Uniens accomplis, il est question de George « Buddy » Guy, le légendaire guitariste de blues. Le documentaire retrace son parcours qui a influencé de nombreux autres musiciens, dont Jimi Hendrix et Eric Clapton.

À point nommé pour célébrer son 85e anniversaire le 30 juillet, cette émission propose de nombreuses archives en plus de révéler des entrevues ainsi que des performances inédites. On y voit notamment l’influence majeure en la personne de Buddy Guy aux côtés du président Obama et des Rolling Stones.

Intronisé au Rock & Roll Hall of Fame, Buddy Guy a contribué au blues de façon indéniable. Il figure par ailleurs au palmarès des meilleurs guitaristes au monde selon le magazine Rolling Stone.

L’émission retrace aussi, par le biais de la vie de Buddy Guy, l’histoire du blues ainsi que celle de l’expérience des Afro-Américains au XXe siècle. On peut notamment y voir les défis qu’il a eus à relever ainsi que la persévérance dont il a dû faire preuve.



Buddy Guy : The Blues Chase the Blues Away
PBS, le 27 juillet, 21 h
 

Créer des sons

Nouvelle série documentaire en six parties, Watch the Sound with Mark Ronson propose de s’attarder aux nouvelles technologies disponibles lorsque vient le temps de créer des mélodies, telles que la réverbération, la distorsion, ou encore l’autotune. L’arrivée du numérique a complètement révolutionné la technologie et la manière de créer des sons en proposant un univers de possibilités.

Producteur, chanteur et guitariste, Ronson dévoile dans chaque émission des histoires inédites quant à la création sonore. Il part à la rencontre d’icônes de la musique, comme Paul McCartney ou encore Mike D des Beastie Boys, afin de savoir comment ces outils ont influencé leur travail.

En plus de l’angle original et des entrevues pertinentes, la finale de chaque émission est une surprise. À chaque épisode, Mark Ronson crée une mélodie à partir de procédés uniques et de nouvelles technologies. Des œuvres intéressantes, encore plus lorsque l’on en comprend la complexité.



Watch the Sound with Mark Ronson
Apple TV+, dès le 30 juillet

À ne pas manquer

Un génie insoupçonné
 

Insoumise et ayant un grand mépris pour l’autorité, Morgane deviendra invraisemblablement consultante pour la police de sa région. La maman et femme de ménage est repérée pour son « haut potentiel intellectuel » après avoir résolu une enquête entre deux tâches ménagères. Elle sera ainsi embauchée, pour le meilleur et pour le pire. Après un brillant départ en France et en Belgique ce printemps, la série comique arrive au Québec au bonheur des amateurs d’émissions policières.



HPI
Club Illico, à partir du 29 juillet



À voir en vidéo