«Japon. Dans le monde ultra-secret des sumos»: un art moyenâgeux

Scène tirée du documentaire «Japon. Dans le monde ultra-secret des sumos»
Photo: TV5 Scène tirée du documentaire «Japon. Dans le monde ultra-secret des sumos»

Nom donné au sport de lutte tout comme à ceux le pratiquant, le sumo existerait depuis 1500 ans et serait issu du shintoïsme, une ancienne religion japonaise. Son lien avec les croyances shintos ainsi que son âge avancé emplissent la pratique de magnifiques rituels, mais aussi de traditions malsaines et de croyances archaïques.

Le documentaire Japon. Dans le monde ultra-secret des sumos met en lumière les réalités assez sombres de ce sport qui croît à nouveau en popularité dans l’archipel asiatique. Grâce à de pertinentes entrevues ainsi qu’un accès à une écurie, lieu où demeurent et s’entraînent les sumos, le reportage devient rapidement scabreux.

Il est tout d’abord question de l’entraînement démesuré que subissent les apprentis sumos souvent isolés de leur famille pendant de nombreux mois, voire des années. Vient ensuite le dévoilement de leurs habitudes alimentaires. Gavés quotidiennement, ces jeunes hommes s’autorégulent selon ce qu’ils croient être le mieux pour eux. Résultat : une espérance de vie nettement plus courte (près de 20 ans) que celle des Japonais.

Outre leurs conditions de vie assez déplorable, tant sociales qu’alimentaires et mentales, le documentaire met aussi en avant la place, ou plutôt l’absence, des femmes dans ce sport. Très fort de ses croyances shintos, le sumo adhère à l’idée que le sang est impur et qu’ainsi, les femmes le sont elles aussi à cause de leurs menstruations.

Assurément une enquête complète qui permet de comprendre l’univers toxique dans lequel performent ces hommes corpulents.

 

Japon. Dans le monde ultra-secret des sumos

TV5, mercredi, 22 h

À voir en vidéo