«Sexy Beasts»: l’amour chez les bêtes

Netflix

Face au succès de Love is Blind, téléréalité dans laquelle des célibataires se courtisent sans se voir avant de convoler, ou pas, en justes noces, la plateforme Netflix lance une nouvelle mouture d’une émission à succès de la BBC3, Sexy Beasts. Ne souhaitant plus être jugés sur leur physique, de jeunes gens s’y rencontrent sous des maquillages prothétiques d’animaux, de monstres sympathiques ou de créatures fantastiques les rendant méconnaissables.

Dans chaque épisode, un homme ou une femme a un rendez-vous galant avec trois personnes du sexe opposé. Par la suite, l’un des trois candidats est éliminé, non sans quitter la pièce avant de dévoiler son visage. Catastrophe, il ou elle est canon ! Soyez sans crainte, tous les participants sont jeunes et jolis, alors pas trop de mauvaises surprises à l’horizon. Après le second rendez-vous, la bête doit désigner celui ou celle qui a gagné son cœur grâce à sa belle personnalité.

Si vous croyez que la teneur des conversations s’élève au-dessus des propos généralement entendus dans les émissions de ce genre, vous êtes dans l’erreur. Tout ce qui intéresse les célibataires de Sexy Beasts, qui mettent de l’avant leur physique à défaut de leur minois, c’est l’espoir de ne pas tomber sur un laideron. Demeurent les impressionnants maquillages et les amusants commentaires du narrateur Rob Delaney (Peter dans Deadpool 2), qui ne se gêne pas pour souligner la bêtise de cette faune superficielle.

 

Sexy Beasts 

Netflix, dès le mercredi 21 juillet



À voir en vidéo