«Dormir à tout prix»: cet impossible rêve

L’humain consacre le tiers de son existence à dormir.
Photo: Télé-Québec L’humain consacre le tiers de son existence à dormir.

L’insomniaque n’y trouvera peut-être pas de solutions miracles, mais le mauvais dormeur, qu’il soit récidiviste ou occasionnel, trouvera certainement du grain à moudre à l’écoute de Dormir à tout prix. Ce documentaire dense, mais singulièrement accessible de Thierry Robert, passe en revue par le menu détail les contrecoups de nos troubles du sommeil sur notre santé physique et mentale, tout en détaillant une panoplie de béquilles pour les atténuer, voire s’en débarrasser une fois pour toutes.

L’humain consacre le tiers de son existence à dormir. Dont une large part à combattre le sommeil ou à le chercher en vain. En deux générations, l’humain a perdu une heure trente de repos par nuit dans ce combat usant. Cela, en plus de s’éloigner de ses rythmes circadiens naturels, jusqu’à transférer son horloge interne de trois, voire cinq (!), fuseaux horaires vers l’ouest au fil du temps. Obésité, troubles neuronaux, alzheimer, dépression : la liste des dommages collatéraux imputables à ce glissement est ici minutieusement documentée.

On navigue dans ce film avec aisance grâce à une alliance fine entre les confidences des uns et les faits scientifiques formulés par les autres. Le rythme, même s’il est soutenu, n’est pas forcé pour autant, si bien qu’on s’identifie aisément à l’un ou l’autre des scénarios décortiqués. Entre la microsieste et le casque d’électrostimulation, même le loir, qui aurait tort de se croire à l’abri, se surprendra peut-être à prendre des notes. Si ce n’est pas pour lui, assurément pour un ami.

Dormir à tout prix

Télé-Québec, lundi 2 novembre, 20 h ; en reprise mardi, mercredi et jeudi 14 h, samedi 12 h et 13 h