Balados: jeux de coulisses

Photo: Pedro Ruiz Le Devoir

En cette fin de semaine qui aurait marqué la clôture des Olympiques de Tokyo, un doublé sur le meilleur et le pire du sport international.

Bloodsport

Ce balado d’enquête de la BBC revisite en détail le scandale de dopage étatique russe depuis les Jeux de Londres, en 2012, considérés comme parmi les plus « sales » de l’histoire. On y présente les témoignages de lanceurs d’alerte russes, d’enquêteurs de l’Agence mondiale antidopage, d’athlètes s’étant dopés et de journalistes qui ont contribué à faire la lumière sur cette histoire. Justement, une des grandes forces du balado, c’est d’illustrer la portée du journalisme d’enquête lorsque les instances de régulation sont démunies devant ces fraudes, laxistes, ou tout bonnement complices.

Bloodsport montre à la fois combien le scandale avait des ramifications dans la haute gouvernance des fédérations sportives et des États, et à quel point les manigances russes pouvaient évoquer sur le terrain un burlesque digne de « mauvais films d’espionnage pour enfants ». Si le balado ne fait pas de nouvelles révélations fracassantes, il a le mérite de rassembler dans un ensemble cohérent huit années d’information dévoilées par bribes. Hormis un montage parfois trop syncopé pour assurer la liaison entre les entrevues, la facture sonore générale est plutôt bien assurée.

Le sport, une arme de séduction massive

Comment le soccer galvanise-t-il le sentiment nationaliste turc cher au président Erdoğan ? Quelle place la mythologie soviétique a-t-elle occupée dans l’élan qui a mené la Fédération russe à imposer le dopage à ses athlètes ?

Rassemblant des chercheurs d’horizons variés pour se pencher avec générosité intellectuelle sur de telles questions, cette série en quatre épisodes de France Culture transcende la critique du « pain et des jeux » accolée au sport. Rapidement, ces politologues, sociologues et historiens montrent à quel point le cadre sportif recèle de questions fécondes sur les formes de pouvoir politique et sur la légitimation de ses détenteurs. Un segment sur la stratégie diplomatique saoudienne derrière l’organisation du rallye Dakar dans le royaume est d’ailleurs éclairant à cet égard.

Assez peu pourvue en extraits et en habillage sonores, cette série est représentative de l’aise qu’ont les producteurs européens de radio et de balados à naviguer dans les questions plus conceptuelles, sans pour autant devenir arides. Lorsque des pointes d’académisme menacent d’alourdir la discussion, l’animateur Florian Delorme sait généralement retrouver un filon plus digeste.