Balados: l'amour, du papier au balado

Photo: Pedro Ruiz Le Devoir

Love Letters

Le balado américain Love Letters est une adaptation audio de la rubrique du même nom, menée par Meredith Goldstein dans les pages du Boston Globe. La chroniqueuse livre, depuis environ dix ans, ce que les anglophones appellent une advice column, quelque chose comme une rubrique de conseils, ou un courrier du cœur.

En balado, Love Letters en est à sa troisième saison, chacune d’entre elles pivotant autour d’une grande question sur les relations personnelles et amoureuses. La saison initiale s’attardait sur comment se remettre d’une rupture, la deuxième tournait autour de comment rencontrer quelqu’un, et la plus récente papillonne autour de différentes variables de « Quand sait-on si… » : quand sait-on si c’est le bon, ou quand devrait-on passer à l’acte avec une fréquentation ?

Tout ça peut paraître très Sex and the City, mais le ton n’est pas du tout là, Goldstein avançant dans ses réflexions avec l’aide de nombreux témoignages, ancrés dans la réalité et aussi dans une diversité sexuelle. On peut entendre des couples gais, des hétéros, des bisexuels, des jeunes et des vieux, hommes ou femmes. L’animatrice et narratrice ne joue pas aux experts, laissant la parole à certains d’entre eux, mais mène le tout avec doigté.

Modern Love

Dans le même ordre d’idée, le New York Times a multiplié les adaptations de sa populaire chronique hebdomadaire Modern Love. Elle existe maintenant en émission de télé ainsi qu’en livre et, bien sûr, en balado (avec la collaboration de la radio WBUR). Là où Love Letters est davantage journalistique, Modern Love est presque artistique dans sa version pour les oreilles.

Chaque épisode de cette rubrique — qui creuse les relations amoureuses, les sentiments ou les révélations de la vie — est en fait la lecture presque théâtrale d’un essai. Les mots sont ceux des différents lecteurs qui soumettent leurs récits, mais la narration est faite par des personnalités, comme Alicia Keys, Tan France (Queer Eye), Daniel Radcliffe ou Hasan Minhaj.

Ce sont donc de petites œuvres sonores, légèrement bordées de musique ou de bruitages pour nous accompagner dans l’absorption de ces essais. Les sujets sont variés et très souvent ancrés dans ce qui grouille et grenouille dans la société d’aujourd’hui. À la fin, l’animatrice Meghna Chakrabarti reçoit généralement l’auteur pour approfondir le sujet.