«Beyond Blue»: fascinantes baleines

«Beyond Blue» est avant tout un outil pédagogique.
Photo: E-Line Media «Beyond Blue» est avant tout un outil pédagogique.

Lorsque mes petits-enfants me demanderont ce qu’étaient les baleines, peut-être les inviterai-je à s’immerger dans Beyond Blue. Si les baleines sont appelées à disparaître un jour, au moins pouvons-nous déjà les visiter virtuellement dans ce nouveau jeu de simulation de plongée inspiré du documentaire Blue Planet II développé par le studio indépendant E-Line Media en collaboration avec la mission OceanX et la BBC.

Pensée pessimiste ? Malgré les avis scientifiques, les cris d’alarme, les documentaires et, maintenant, les jeux, force est de constater que nos océans sont toujours ravagés chaque jour par la pêche industrielle, l’activité minière et les changements climatiques. Beyond Blue, en plus d’être magnifique et touchant, nous met en face de notre inaction. Mais, aussi, des efforts surhumains déployés par des scientifiques marins et des activistes partout sur la planète bleue.

On y suit la Dre Mirai, une océanographe passionnée de plongée. Accompagnée par un scientifique activiste mordu de technologie et une bioscientifique à la recherche de remèdes cachés au fond de l’océan, Mirai part à la recherche des cachalots, ces grandes baleines chasseuses de calmars géants qui la fascinent. En parallèle, celle-ci navigue les eaux troubles de sa relation avec sa sœur cadette. En tout temps, Mirai se retrouve seule sous l’eau. Des appels téléphoniques avec les trois autres protagonistes font avancer l’histoire.

Disons-le d’emblée : Beyond Blue est avant tout un outil pédagogique. Cela ne veut cependant pas dire qu’il soit réservé aux enfants. Le jeu effleure parfois même des thèmes assez durs. Une scène en particulier, en fin de partie — l’expérience dure environ trois heures —, nous a d’ailleurs un peu ébranlés. Dans le jeu, on guide Mirai vers des balises notant la position d’animaux marins et de points d’intérêts. Une fois arrivé, on pointe un viseur vers un calmar, une baleine ou une cheminée sous-marine et on le scanne afin de récolter des informations. De retour à bord du sous-marin, une encyclopédie, des vidéos originales et des extraits de Blue Planet II nous en apprennent plus sur la faune sous-marine et les enjeux environnementaux qui la menacent.

Sans être révolutionnaire technologiquement, Beyond Blue reste très beau, même parfois magnifique. Les jeux de lumière sous l’eau y sont d’ailleurs souvent pour beaucoup. Et le fait de pouvoir nager librement près de créatures de l’océan très bien reproduites tant visuellement que par leurs sons compense amplement la simplicité de certains de leurs modèles 3D. En cela vient un atout : on n’aura pas besoin d’une bombe pour le faire rouler, permettant ainsi à un public plus large d’en apprendre plus sur les océans.

Beyond Blue

★★★

Conçu et édité par E-Line Media. Offert pour PlayStation 4, Xbox One, Apple Arcade et Windows 10. Bientôt offert pour Nintendo Switch.