Sur vos écrans: documentaires estivaux

Dès les premières minutes du documentaire «Drag Kids», les stéréotypes sont déconstruits, petit à petit: non, il ne s’agit pas de sexualiser les enfants, mais de leur donner un moyen de s’exprimer à travers leur corps.
Photo: CBC Dès les premières minutes du documentaire «Drag Kids», les stéréotypes sont déconstruits, petit à petit: non, il ne s’agit pas de sexualiser les enfants, mais de leur donner un moyen de s’exprimer à travers leur corps.

Enfants de la scène

 

L’art du drag prend une ampleur de plus en plus importante au petit écran, notamment avec le succès de l’émission américaine RuPaul’s Drag Race qui vient de clore sa onzième saison. Cette forme d’expression n’inspire plus que les adultes. Au contraire, de plus en plus de jeunes (et très jeunes) s’adonnent au drag, du fin fond des États-Unis aux abords de l’Europe. Le documentaire Drag Kids réunit ainsi quatre drag queens âgées de 10 à 12 ans, provenant du Canada, des États-Unis, et d’Espagne, pour la production d’un spectacle les mettant en vedette à Fierté Montréal.

Dès les premières minutes du documentaire, les stéréotypes sont déconstruits, petit à petit : non, il ne s’agit pas de sexualiser les enfants, mais de leur donner un moyen de s’exprimer à travers leur corps, une nouvelle forme d’art qui explore l’idée de l’extrême ; « the body is the canvas ». On défie l’homophobie, on ne laisse pas de place au racisme non plus. Les quatre jeunes interprètes trouvent au sein de l’amitié touchante qu’ils forgent une force de caractère incroyable — et un amour partagé pour Lady Gaga.


Drag Kids
CBC, jeudi, 21h
 

Les Crusoé modernes

 

Kevin McCloud pense que chacun d’entre nous possède, au plus profond de lui-même, un désir brûlant de s’évader, d’échapper au train-train quotidien qui mène nos vies citadines. Pour le prouver — ou encore, pour prendre part à cette évasion lui-même —, le designer et animateur britannique part à la rencontre de quatre familles du Royaume-Uni ayant décidé de faire de ce désir une réalité, en s’installant dans les coins du monde les plus reclus et paradisiaques qui soient.

Bien sûr, l’idée de vivre sur une île polynésienne du Pacifique où il fait bon vivre à longueur d’année, ou bien une maison impressionnante au beau milieu de la paix enneigée suédoise est certainement charmante, mais il se trouve que chacune de ces familles pratique aussi un style de vie ancré dans le développement durable, en harmonie avec la nature, qui a de quoi inspirer des questionnements sur notre propre mode de vie.


Les nouveaux Robinson
Planète+, dimanche, 20h30
Photo: Planète+

Pour se souvenir

 

La guerre de Corée, ayant divisé la péninsule au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et dont les conséquences se font encore sentir de nos jours, a été surnommée la « guerre oubliée » en raison de sa couverture médiatique censurée aux États-Unis, et ce, malgré leur rôle dans le conflit qui a coûté la vie à des milliers de Coréens. Il faut aussi se rappeler que la guerre ne s’est jamais réellement terminée — aucun traité de paix n’a été signé entre les deux parties, malgré la signature de l’armistice de Panmunjeom en 1953.

Dans un documentaire révélant de nouvelles images d’archives exclusives, le cinéaste John Maggio revisite ce conflit à travers un oeil critique, surtout envers les États-Unis et l’Union soviétique de l’époque, détaillant l’horreur de cette guerre en Corée — alors tout juste libérée de l’emprise du Japon —, ainsi que les conséquences irréversibles de l’offensive des forces américaines et soviétiques dans la péninsule.


Corée, une guerre sans fin
Télé-Québec, lundi, 20 h. Épisode 2, mardi, 20 h.
Photo: Télé-Québec

Le visionnement en continu

L’une des séries phares de Netflix est de retour pour une dernière saison : Orange Is the New Black entame en effet son septième et dernier chapitre vendredi, qui tentera de réparer les dégâts de la finale de la saison précédente, tout en offrant une fin solide et heureuse — on le souhaite — aux femmes du pénitencier de Litchfield. La saison suivra notamment Piper(Taylor Schilling) tout au long de son retour à la vie normale, mais traitera aussi des nouvelles mesures sur l’immigration mises en place aux États-Unis, des failles de son système de justice, ainsi que de problèmes de dépendance et de santé mentale grave… Dur de prévoir si cette dernière saison pourra répondre à toutes nos questions, mais elle promet d’être pleine d’émotions.
 

Orange Is the New Black
Netflix, dès vendredi


Données personnelles, problèmes universels

À l’heure où 2,7 millions de membres de Desjardins accusent le choc de la fuite de leurs données personnelles, la mise en ligne du documentaire The Great Hack, qui avait fait grand bruit à Sundance, ne saurait mieux tomber. Karim Amer et Jehane Noujaim y décortiquent les dessous du scandale ayant permis que les données personnelles de 87 millions d’utilisateurs Facebook recueillies par la société Cambridge Analytica (CA) puissent être utilisées pour influencer le vote en faveur de politiciens ayant retenu leurs services. Une leçon aux allures de gifle bien sentie contre nos passivités numériques.

The Great Hack
Netflix, dès le 24 juillet

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.