Les flâneurs


Odile Tremblay

Strindberg parmi nous
C’était tout un pari de redonner vie à August Strindberg, grand misogyne suédois et dramaturge de génie du début du XXe siècle, par le truchement de neuf auteures québécoises contemporaines, sans tomber dans la charge vitriolique. Le voici remporté avec brio à Espace Go dans une mise en scène (remarquable) de Luce Pelletier. Avec une fluidité qui ne sent jamais le collage, cet homme de 63 ans, qui va bientôt mourir en 1912, renaît à travers les trois femmes de sa vie. Cinq interprètes tracent le profil d’un homme complexe, brillant et malheureux, qui n’aimait que les femmes fortes tout en conspuant leur indépendance.


Caroline Montpetit

Pour la fanfare
La fanfare Pourpour est encore en pleine jeunesse. Pour célébrer le 20e anniversaire de son album Tout le monde, le créatif ensemble en offre une édition remastérisée. Baroque, festive, doucement délinquante, la fanfare regroupe aujourd’hui 19 musiciens. À l’origine, ses membres provenaient de L’Enfant fort, du Pouet pouet band ou de Montréal transport limité. Puis, ils ont attiré diverses sonorités, dont Emmanuel Poizat, qui en est aujourd’hui le directeur musical. Les musiciens ont eu des petits, qui se sont intégrés à l’orchestre, perpétuant ainsi un héritage qui sonne plus vivant que jamais.


Manon Dumais

Bienvenue chez les Rose
Lauréat de prix Écrans canadiens, Schitt’s Creek met en scène Johnny Rose, riche magnat des vidéoclubs, sa femme, ex-vedette de soaps d’après-midi, et leurs deux enfants aussi gâtés qu’irresponsables, qui, acculés à la ruine, sont contraints de s’installer dans un modeste motel d’un bled perdu. Le choc culturel sera grand pour cette famille dysfonctionnelle. Pour avoir une bonne idée de ce décapant et tendre sitcom, imaginez un croisement entre Le coeur a ses raisons, Les Bougon et La petite vie. Disponible sur le site de Séries + en version française ainsi que sur CBC Gem et Netflix.


Philippe Papineau

Notre planète en danger
La beauté de la faune et de la flore qui peuple notre bonne vieille Terre est souvent époustouflante. Dans le nouveau documentaire animalier Notre planète — une production originale de Netflix —, les images et les prises de vue laissent d’ailleurs sans mot. Mais la série en huit épisodes nous fait aussi réaliser que toute la richesse de la nature est en danger. L’approche est fine, mais l’effet sur le spectateur est fort, d’autant que la narration du récit est faite avec brio par David Attenborough (Jacques Frantz en français).