Lida Moser, photographe

Ce documentaire propose un survol d'une partie de son œuvre réalisée au Québec, en misant sur des dessins d’animation qui réinvestissent certaines images de Moser.
Photo: Artv Ce documentaire propose un survol d'une partie de son œuvre réalisée au Québec, en misant sur des dessins d’animation qui réinvestissent certaines images de Moser.

Voici un étrange documentaire consacré à la photographe américaine Lida Moser. Basé sur sa biographie, rehaussé par ses photographies et quelques rares enregistrements sonores, il s’attarde à un séjour qu’elle fit en 1950 au Québec. Lida Moser réalisa alors quelques images emblématiques de cette période, forte d’un regard et d’une sensibilité exceptionnels devant les gens qu’elle rencontra.

En 1992, revisitant sa propre œuvre, cette photographe new-yorkaise douée avait contacté Joyce Borenstein, auteure d’un documentaire consacré à son père, le peintre Sam Borenstein. Lida Moser souhaitait la voir parler de son œuvre. À cette fin, elle n’hésita pas à sauter dans un autobus en direction de Montréal, un périple de neuf heures qui la ramena dans une ville où, au sortir de la Seconde Guerre mondiale, elle était venue une première fois pour prendre la mesure d’une société dominée par l’emprise du clergé.

Sur les routes du Québec, appareil photo en bandoulière, cette petite femme énergique avait été guidée par les bons soins de l’ethnologue Luc Lacoursière et de l’ancien politicien Paul Gouin. Ce documentaire propose un survol de cette partie de son œuvre, en misant sur des dessins d’animation qui réinvestissent certaines images de Moser. Le rythme propose un tour d’horizon de ce périple dont le résultat ne cesse de fasciner. Le rythme est lent. La facture en est agréable, sans pour autant être renversante. Il en résulte une introduction honnête à une œuvre qui mérite qu’on s’y attarde.

Lida Moser photographe : odyssée en noir et blanc

Artv, lundi, 20 h 30