«Les newbies»: nouveaux départs comiques

La réussite de la série tient au charme de ses personnages centraux.
Photo: UNIS La réussite de la série tient au charme de ses personnages centraux.

On se doute qu’il n’est pas facile de gagner sa vie quand on pratique un art de la scène dans une région où sa langue est minoritaire. Les newbies vient confirmer cette impression en se servant de cette situation comme levier de son intrigue principale : trois « communicateurs » acadiens qui se lancent dans une carrière d’humoriste un peu par accident espèrent pouvoir faire carrière au Québec.

On suit donc les aventures plus ou moins rocambolesques d’André (Roy, vu dans Le clan), de Christian (D’Essiambre, vu dans Les étoiles du dodo) et de Luc (LeBlanc, qui mène une véritable carrière de comique en Acadie) dans cette entreprise risquée, des premiers « spectacles » de ce trio pas toujours comique, du moins sur scène, aux premiers signes d’un potentiel de réussite dans l’eldorado de l’humour… Le récit de cette quête, inspiré en partie d’expériences réelles vécues par les trois acteurs principaux, dont les personnages portent leur véritable nom, s’avère par ailleurs fort amusant, nourri par un humour qui oscille entre la caricature, parfois un peu brouillonne mais sympathique, et la comédie de situation efficace.

La réussite de la série tient au charme de ses personnages centraux, d’abord dessinés à gros traits et qui gagnent rapidement en finesse, portés par un trio de comédiens qui prennent visiblement un malin plaisir à les incarner. Cela dit, Les newbies ne réinvente pas la roue comique, mais a le grand mérite de nous sortir des décors et distributions habituelles des comédies d’ici. C’est déjà beaucoup.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Les newbies

Unis, mercredi, 20 h