«FEQ 68.17»: (Trop) belle vitrine

Il manque, dans ce documentaire, de points de vue extérieurs, plus critiques ou du moins profitant d’une certaine distance par rapport au sujet, ce qui donne parfois des allures d’infopub à l’ensemble.
Photo: Cinéscène Il manque, dans ce documentaire, de points de vue extérieurs, plus critiques ou du moins profitant d’une certaine distance par rapport au sujet, ce qui donne parfois des allures d’infopub à l’ensemble.

Le 51e Festival d’été de Québec s’ouvre jeudi, accueillant encore une fois une pléthore de vedettes internationales de la musique, et aussi des dizaines d’artistes moins connus. C’est sans doute pourquoi Radio-Canada a choisi de diffuser ce documentaire conçu pour souligner le 50e anniversaire de cet événement culturel majeur, tourné avant et pendant la 50e édition l’an dernier. Il a déjà été diffusé à l’antenne régionale de Québec au printemps et est disponible sur Tou.tv.

Ce portrait combine un historique détaillé de l’événement en compagnie de certains de ses fondateurs et de ceux qui en ont mené les destinées au cours des dernières décennies, les « coulisses » de l’élaboration et la réalisation de la cuvée 2017 et les témoignages de personnes qui connaissent bien ce festival, dont de jeunes festivalières qui le fréquentent entre amies depuis l’enfance et un vendeur de bière itinérant sur le site depuis des années, musicien à ses heures, qui y joue pour une première fois.

Ces trois volets s’imbriquent très bien les uns aux autres, grâce à la réalisation efficace de Nicolas Léger et aux propos éclairants et touchants des intervenants. Il manque cependant de points de vue extérieurs, plus critiques ou du moins profitant d’une certaine distance par rapport au sujet, ce qui donne parfois des allures d’infopub à l’ensemble. Certes, les dirigeants actuels et passés du festival admettent sans ambages les fausses notes et errements qui ont ponctué ce demi-siècle festif, mais la présence à l’écran de quelques observateurs de la scène culturelle d’ici aurait sans aucun doute évité cette impression d’être devant une trop belle vitrine.

FEQ 68.17

Radio-Canada, samedi, 21 h et Tou.tv