Corruption chez les Soviets

Les lendemains de la chute de l’Empire soviétique ont révélé une corruption galopante que l’on pouvait déjà deviner. Depuis, la situation ne semble pas s’être beaucoup améliorée au pays de Poutine, comme l’ont montré les plus récents Jeux olympiques d’hiver, qui ont entraîné des dépenses pharaoniques et passablement louches...

 

Il n’est pas très surprenant que cette série documentaire de six épisodes, concoctée par une boîte de production russe et d’abord présentée sur le réseau NTV, propriété de Gazprom-Media, un groupe de presse proche du pouvoir, ne s’intéresse qu’à la corruption qui avait cours avant la chute du rideau de fer.

 

Cela dit, cet ensemble de reconstitutions historiques de moments précis ou de pratiques généralisées et moralement discutables, commentées par des historiens et des biographes des personnalités qu’elles mettent en scène, s’avère fort intéressant. Les Occidentaux que nous sommes ne savent que très peu de choses sur l’histoire « interne » de l’Empire soviétique, sinon ce qui concerne les affaires étrangères, et encore...

 

Voilà une occasion de découvrir quelques aspects de l’histoire politique de l’URSS à travers quelques combines qui ont occupé ses dirigeants ou des gens près du pouvoir central...

 

Ainsi, le premier épisode se penche sur le marché noir des produits de luxe développé par les épiciers de la capitale un peu avant la glasnost entreprise par Gorbatchev. L’épisode suivant s’intéresse pour sa part aux manoeuvres du KGB pour mettre au jour la corruption du ministère de l’Intérieur sous Brejnev et ainsi le « tasser » de la succession au poste de secrétaire du Parti communiste. Les épisodes suivants reculent dans le temps pour mettre en lumière le commerce illicite des « trésors » de la Seconde Guerre mondiale, la mafia « militaire », celle de la pêche et les tractations autour de « l’or bolchevique ».

La mafia rouge

Historia, 20 h