Des films pour réfléchir, s’émouvoir ou s’amuser

Caroline Rodgers
Collaboration spéciale
Image tirée du documentaire Samedi la nuit, qui explore la solitude et le vieillissement en milieu urbain.
Photo: ONF Image tirée du documentaire Samedi la nuit, qui explore la solitude et le vieillissement en milieu urbain.

Ce texte fait partie du cahier spécial Francophonie

Encore cette année, l’Office national du film (ONF) participe aux Rendez-vous de la Francophonie (RVF), en proposant six programmes comprenant des documentaires, des films d’animation et des œuvres interactives disponibles en ligne gratuitement, en plus des 400 projections en salle qui seront offertes un peu partout au Canada.

Ces six programmes réunissent des films sous des thèmes qui touchent des enjeux de société, ainsi qu’un contenu plus ludique pour toute la famille. Tour d’horizon.

Histoires de pandémie

 

Le titre du premier thème est ce mot entendu mille fois dans la bouche des représentants de la santé publique : La courbe. On l’aura deviné, il est question de la pandémie, vue par des Québécois de divers milieux, et des « histoires de distanciation sociale qui nous rapprochent ».

Dans un court-métrage de cette série, Sòl, de Valérie Bah et Tatiana Zinga Botao, on écoute le témoignage touchant de femmes noires travaillant dans le milieu de la santé. « Quand je donne des soins à quelqu’un, je mets ma mère à la place de cette personne-là, je me dis, quelle sorte de soins je voudrais que la préposée lui donne ? »

Sur votre téléphone

 

Le second programme est constitué d’œuvres interactives accessibles à partir d’écrans tactiles, sur téléphones intelligents, que l’ONF présente comme étant des démonstrations des innovations possible grâce au mariage des disciplines.

Qualifié de « récit interactif », Plus loin que loin est une expérience à découvrir en balayant l’écran de son appareil pour explorer des événements, lesquels nous font découvrir les habitants de l’île de Fogo, située au large de Terre-Neuve. Le deuxième contenu de cette série, qui porte le titre amusant de J’aime les patates, est décrit comme un jeu « pour planter de nouvelles idées et faire pousser le changement ».

Le territoire québécois

 

Le troisième programme, Ramaillages, est une série documentaire en six épisodes d’une trentaine de minutes chacun sur le développement rural. On y parle de territoire, de semences et d’enjeux touchant des communautés, dont certains portent à controverse, comme l’extraction minière et l’abattage d’animaux. Des enjeux essentiels du Québec rural à travers les témoignages passionnants de gens qui ont choisi de s’y installer ou d’y rester, envers et contre tout, malgré tous les défis que cela représente.

Traditions et identités

 

S’inscrivant dans le thème des RVF de cette année, « Ces traditions qui forgent les identités », le 4e programme présente trois films abordant ces questions sous différentes facettes peu souvent explorées. Avec Samedi la nuit, Rosana Matecki explore la solitude et le vieillissement. Histoire de sable, de Hyacinthe Combary, traite des liens entre les cultures africaine et autochtone. Le troisième, Si le temps le permet, réalisé par Elisapie Isaac, porte-parole des RVF, parle de Kangirsujuaq, un village du Nunavik.

Programmes jeunesse

 

Finalement, deux programmes jeune public comportant chacun plusieurs films d’animation et courts-métrages. Avec Le sport, toujours le sport !, on parle entre autres de hockey, de vélo et d’anxiété sur un ton accessible. La dernière série, Grands-parents, famille et contes, aborde les liens entre les petits-enfants et leurs grands-parents de façon touchante.

À voir en vidéo