Sacre d’«Antigone» aux prix Écrans canadiens

Nahéma Ricci, si puissante dans le rôle-titre, a été sacrée meilleure actrice.
Photo: Maison 4:3 Nahéma Ricci, si puissante dans le rôle-titre, a été sacrée meilleure actrice.

Pas de cérémonie pour les prix Écrans canadiens cette année, pandémie oblige. Dans une formule on ne peut plus épurée, les lauréats ont été dévoilés sur YouTube entre lundi et jeudi. La télévision tous azimuts, des nouvelles aux émissions jeunesse en passant par les magazines d’affaires publiques et les séries, occupait les trois premiers blocs. Le cinéma a fermé le bal dans le quatrième, narré par l’acteur Théodore Pellerin. C’est l’électrisant Antigone, de Sophie Deraspe, désigné meilleur film, qui est sorti grand vainqueur de la remise virtuelle. Nahéma Ricci, si puissante dans le rôle titre, a été sacrée meilleure actrice.

Le film de la cinéaste québécoise s’est en outre illustré dans les catégories de la meilleure actrice dans un rôle de soutien (Nour Belkhiria), meilleur montage (Geoffrey Boulangé, Sophie Deraspe), et meilleur scénario adapté (Sophie Deraspe, d’après Sophocle et Anouilh).

Un autre film d’un cinéaste québécois s’est distingué : The Song of Names (Le chant des noms), de François Girard, qui a remporté sept prix, dont ceux attribués au son et à la musique. Le fantasmagorique The Twentieth Century (Le vingtième siècle), de Matthew Rankin, autre auteur d’ici, s’est également distingué avec trois prix dont ceux de la meilleure direction artistique et des meilleurs costumes. Note chauvine : les artisans québécois ont largement dominé le palmarès.

Place aux réalisatrices

Cela étant, les deux autres principales gagnantes du cru 2019 sont Elle-Máijá Tailfeathers et Kathleen Hepburn, pour The Body Remembers when the World Broke Open (inédit au Québec, sauf erreur). En effet, le duo a conjointement reçu les prix pour la meilleure réalisation et le meilleur scénario original, en plus de celui pour la meilleure direction photo pour Norm Li.

Autres réalisatrices récompensées : Heather Young, meilleur premier long métrage avec son film Murmur (inédit), et Alicia Harris, meilleur court métrage de fiction avec son film Pick. Pour ce qui est du meilleur court métrage animé, Giant Bear, de Neil Christopher et Daniel Gies, fut l’heureux élu.

Le très apprécié, à raison, Il pleuvait des oiseaux, de Louise Archambault, n’a hérité quant à lui que d’un seul prix : celui décerné à Rémy Girard comme meilleur acteur dans un rôle de soutien pour sa poignante composition.

Enfin, la comédie d’Émile Gaudreault Menteur a reçu le prix Écrans d’or pour le film le plus populaire.

Tous les lauréats en télévision et en cinéma sur le site academie.ca