Le cygne de cristal (V.F. de Crystal Swan)

Par son style, on pourrait la croire sortie de l’univers de Pedro Almodóvar, et son tempérament frondeur évoque les belles héroïnes délurées des premiers films de Milos Forman. Avec ses vêtements flamboyants et son allure excentrique, Velya ne passe pas inaperçue, et elle ne dissimule jamais son envie de fuir la Biélorussie des années 1990 pour conquérir l’Amérique, si possible comme DJ. Cette quête sera marquée par quelques magouilles qui la conduiront de Minsk, la capitale, à une petite ville industrielle où il lui faudra attendre un coup de fil déterminant au milieu d’une famille dont elle ignore tout. Une situation absurde dans un monde désorganisé par la faillite du système communiste illustrée avec un heureux mélange d’insolence et de gravité par Darya Zhuk, qui témoigne des désillusions d’une jeunesse dont le walkman fut l’une des bouées de sauvetage.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Le cygne de cristal (V.F. de Crystal Swan)

★★★★

Drame de Darya Zhuk. Avec Alina Nasibullina, Ivan Mulin, Yury Borisov, Svetlana Anikey. Biélorussie –Russie –Allemagne –États-Unis, 2018, 93 minutes.