Arnaques en talons hauts (V.F. de Hustlers)

Photo: Entract Films

Soyez prévenus : Robin des bois porte maintenant des talons hauts ainsi que des vêtements griffés, en plus d’afficher les traits de Jennifer Lopez. Après la débâcle financière de 2008, les temps étaient durs pour tout le monde, y compris pour les danseuses nues qui faisaient les délices et les caprices des bonzes de Wall Street. Loin d’adopter la posture de la victime, elles décident d’élaborer des stratagèmes pour faire pleuvoir les dollars et se venger de ces puissants cravatés. Lorene Scafaria (The Meddler) s’amuse ferme à recréer cette petite guérilla dans les rues de New York, célébrant le courage et la débrouillardise de ces Amazones, dominées par les performances contrastées, mais résolument énergiques, de Lopez (dont on n’attendait plus rien au cinéma depuis… Out of Sight) et Constance Wu en apprentie déterminée.

Notre critique complète

Horaire en salles

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Arnaques en talons hauts (V.F. de Hustlers)

★★★ 1/2

Drame de moeurs de Lorene Scafaria. Avec Jennifer Lopez, Constance Wu, Madeline Brewer, Lili Reinhart. États-Unis, 2019, 109 minutes.