Tapis rouge poursuivra sa mission

Six ans après avoir ouvert Tapis rouge, Jacques Foisy vend son cinéma.
Photo: Le Tapis Rouge Six ans après avoir ouvert Tapis rouge, Jacques Foisy vend son cinéma.

Le fondateur de Tapis rouge, une des rares adresses pour le cinéma d’auteur à Trois-Rivières, annonce son retrait des affaires. Bonne nouvelle pour les cinéphiles : les quatre salles de la rue Bellefeuille ne ferment pas. Elles changent de propriétaires.

Six ans après avoir ouvert Tapis rouge, Jacques Foisy vend son cinéma. Ce sont deux amis, le psychologue Paul Langevin et l’homme de radio Joël Côté, qui en font l’acquisition. Vendredi midi marquait leur prise en main.

Par voie de communiqué, Jacques Foisy se dit rassuré quant à la « pérennité du cinéma ». « Ce cinéma, confie-t-il, est le projet le plus personnel que j’ai réalisé. Aujourd’hui, l’âge m’amène à ralentir et à laisser l’autoroute pour la route secondaire. »

Joint sur la route, le nouveau tandem propriétaire affirme que la transaction n’est pas une reprise d’un projet en difficultés financières.

« L’entreprise est en croissance, le taux de fréquentation a connu une hausse de 43 % dans les deux dernières années », révèle Joël Côté, jadis morning man dans la région de Sherbrooke.

Preuve de bonne santé, l’ajout en 2018 d’une quatrième salle. L’endroit compte maintenant près de 300 fauteuils. « Le cinéma est le plus moderne entre Québec et Montréal et les conditions de visionnement sont exceptionnelles », estime M. Côté, qui ne rejette pas l’idée d’une cinquième salle.

Les nouveaux propriétaires veulent poursuivre sur les traces de leur prédécesseur, avec la mission vouée au cinéma international et québécois. Jacques Foisy gardera un pied dans l’entreprise, à titre de programmateur pour un an.

« On donne la priorité au cinéma québécois, signale Paul Langevin. Au début, c’était difficile, maintenant, ça va mieux, et on continuera à travailler dessus. »

Il faut dire que l’accès aux films québécois reste un enjeu. Le lien entre les distributeurs et les diffuseurs dépend notamment du succès aux guichets. Un cinéma doit « négocier » sans cesse pour obtenir un film, et ses chiffres de fréquentation sont le principal argument.

À Tapis rouge, on se targue pour le moment de précieux titres qui seront sur ses écrans cet automne : Il pleuvait des oiseaux de Louise Archambault, Vivre à 100 milles à l’heure de Louis Bélanger et Matthias et Maxime de Xavier Dolan.

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le courrier des écrans. Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.