Aquarela

Vous en aurez plein la vue, et parfois plein les oreilles, devant cet hommage à l’eau, élément capable de créer tout à la fois vie, beauté et destruction. Tout cela cohabite avec éclat et brio grâce au regard, et au courage, de Victor Kossakovsky, prêt à tout pour célébrer la puissance des flots et des glaciers ou s’approcher des événements météorologiques, de ces catastrophes naturelles. Pas de commentaires pompeux ou moralisateurs ici, pratiquement aucun dialogue, beaucoup de plages de silence et quelques musiques plus lyriques, ou métalliques, tout cela pour célébrer une force qui se déploie de mille façons aux quatre coins du monde, de la Russie à Miami, et du Groenland au Venezuela. Une magnifique célébration de l’eau comme source de vie, et de poésie, souffrant parfois d’une température fiévreuse pour cause de changements climatiques.

Notre critique complète

Horaire en salles
 

LE COURRIER DES ÉCRANS

Le meilleur et le pire des écrans, petits et grands, vus par nos journalistes cette semaine. Inscrivez-vous, c'est gratuit.


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront le 5 septembre 2019.

Aquarela

★★★★

Documentaire de Victor Kossakovsky. Grande-Bretagne, Allemagne, Danemark, États-Unis, 2018, 90 minutes.