Happy Face - La tyrannie de la beauté

« Qui voudrait de ça ? », demande une des personnes défigurées à Vanessa (Debbie Lynch-White, d’une belle audace), animatrice d’un atelier destiné à reconstruire leur estime personnelle, souvent prise au dépourvu devant tant de souffrances. La réponse, ou plutôt la façon de ne plus se poser la question, viendra d’un des participants, Stan (Robin L’Houmeau, la fougue des débutants), là sous un faux motif, vite démasqué. Le cinéaste Alexandre Franchi mène deux conquêtes en parallèle : celle d’un jeune homme paralysé devant la mort imminente de sa mère, une femme splendide meurtrie par le cancer, et un groupe de marginaux considérés comme hideux aux yeux du reste du monde. C’est là que Stan puisera sa force, et son insolence, la communiquant à cette bande d’éclopés qui ne simulent jamais leurs souffrances, bien réelles et bien visibles. Leur courage devant la caméra force l’admiration, et leur douleur transcende les apparences, même les plus singulières.

Notre critique complète

Horaire en salles

Happy Face. La tyrannie de la beauté

★★★ 1/2

Comédie dramatique d’Alexandre Franchi. Avec Debbie Lynch-White, Robin L’Houmeau, Noémie Kocher, David Roche. Canada, 2018, 100 minutes.