Les salopes ou le sucre naturel de la peau

En apparence, rien ne semble lier Le garagiste, premier film de Renée Beaulieu, et cet étonnant portrait d’une femme libre (sur le plan sexuel), mais dont les escapades vont quelque peu lui brûler les ailes. La cinéaste affectionne les personnages qui ne veulent pas céder à certains diktats, médicaux ou conjugaux, et sa nouvelle héroïne, incarnée avec force et abandon par Brigitte Poupart, ne recule devant rien. Exploration de la sexualité féminine où les hommes sont parfois des objets, parfois des complices, parfois des victimes, tout cela est exécuté sans mièvrerie ni romantisme. Sous une lumière crue, des corps imparfaits, marqués par le temps, bousculent une certaine conception de la sexualité dans le cinéma d’ici, qui fut jadis plus folichon. Mais les ambitions de Renée Beaulieu sont ailleurs, dans cette célébration du désir sexuel, et pas que féminin, dans un monde où ce désir effraie parfois.

Notre critique complète

Horaire en salles

Les salopes ou le sucre naturel de la peau

★★★★

Drame de mœurs de Renée Beaulieu. Avec Brigitte Poupart, Vincent Leclerc, Nathalie Cavezzali, Romane Denis. Canada, 2018, 92 minutes.