Matangi/Maya/M.I.A.

Naissance à Londres, enfance au Sri Lanka, retour en Angleterre… et deuxième naissance aux multiples formes : celle de l’artiste, de la chanteuse, de la militante. M.I.A., de son nom véritable Mathangi « Maya » Arulpragasam, porte toutes ces étiquettes, sait manier la caméra comme personne, rivée à sa main depuis toujours. C’est la matière première de ce documentaire, immense collage s’étalant sur quelques décennies effectué par Steve Loveridge, un ami de longue date rencontré pendant leurs études. Pour celle qui rêvait de cinéma, d’autres voies furent tracées, dont la musique qui va la propulser vers les plus hauts sommets, mais qui fera aussi d’elle une cible de choix. Née d’un père lié aux Tigres tamouls, un mouvement de résistance au Sri Lanka que le gouvernement du pays a dans sa ligne de mire, elle a porté cette cause, et bien d’autres, luttant parfois de manière tonitruante. Aux États-Unis, elle ne se fera pas que des amis, découvrant les règles impitoyables du jeu médiatique. Mais cette tigresse tourmentée n’a pas donné son dernier coup de griffe.

Notre critique complète

​Horaire en salles

Matangi/Maya/M.I.A.

★★★ 1/2

Documentaire de Steve Loveridge. États-Unis/Grande-Bretagne, 2018, 96 minutes.