La librairie de mademoiselle Green (V.F. de The Bookshop)

En 1959, dans un village insulaire anglais, une libraire déterminée devient la cible d’une riche et influente femme ayant des visées sur l’édifice où elle a ouvert son commerce. En filigrane de cette adaptation du roman de Penelope Fitzgerald : une critique acerbe des puissants qui, plutôt que d’aider à l’épanouissement de leurs communautés, en favorisent au contraire l’incurie. La cinéaste Isabel Coixet s’en remettant à une approche mesurée, les émotions que dissimulent les uns et les autres s’en trouvent, par effet de contraste, exacerbées. Ce détachement de façade aide en outre à faire passer certaines facilités mélodramatiques. Conséquente, Coixet traite les élans romantiques avec un flegme idoine, avec pour résultat une empathie accrue envers des personnages qui expriment du bout des lèvres des désirs impossibles. Emily Mortimer porte le film avec une assurance tranquille face à une Patricia Clarkson glaçante de fausse douceur.

Notre critique complète

Horaire en salles

La librairie de mademoiselle Green (V.F. de The Bookshop)

★★★ 1/2

Drame d’Isabel Coixet. Avec Emily Mortimer, Honor Kneafsey, Patricia Clarkson, Bill Nighy. Espagne, Allemagne–Grande-Bretagne, 2018, 112 minutes.