Notre maison (V.F. de Our House)

Après le décès de ses parents, Ethan revient s’installer dans la maison familiale afin de veiller sur son frère et sa soeur cadets. Véritable génie en herbe, Ethan poursuit sur place ses expérimentations visant à générer de l’électricité gratuite pour tous. Or, Ethan crée plutôt, sans le vouloir, un portail avec une autre dimension. Bientôt, ses défunts parents commencent à se manifester… Mais s’agit-il bien d’eux ? Efficacement réalisée, cette production souffre d’une prémisse convenue (un passage vers l’au-delà ouvert par accident) et d’un contexte non moins connu (une demeure graduellement envahie par des entités démoniaques). Un point de départ qui n’est, hélas, jamais rehaussé ensuite par quelque surprise ou trouvaille inusitée, l’ensemble s’avérant générique au possible sur le plan narratif. Les interprètes sont cela dit crédibles, surtout Thomas Mann (pas l’auteur de Mort à Venise, mais bien la jeune vedette de Me and Earl and the Dying Girl).

Notre maison (V.F. de Our House)

★★ 1/2

Film d’Anthony Scott Burns. Avec Thomas Mann, Nicola Peltz, Percy Hynes White. Canada, États-Unis, Allemagne, 2018, 90 minutes.