Ciao Ciao

L’influence de la ville sur la campagne n’apparaît jamais aussi brutale que dans ce portrait cru et cruel du réalisateur chinois Song Chuan. Des jeunes revenus dans leur village après un séjour à Canton, une ville de 12 millions d’habitants, ont du mal à s’adapter au rythme lent de la province montagneuse du Yunnan. Or, les adultes qui les entourent ne sont guère des modèles de vertu, et tous multiplient les compromis, les trahisons, pour satisfaire leur appât du gain. Ou simplement tromper leur ennui. Le tableau général évoque une Chine moins triomphante que celle décrite dans les sections économiques des grands médias, gangrenée par la corruption, à la boussole morale déréglée. Les personnages, particulièrement ceux issus de la jeune génération, affichent sans cesse une moue boudeuse et impassible — même pendant les scènes à caractère sexuel —, un choix assumé de la part d’un cinéaste visiblement pessimiste face à l’avenir de son pays.

Notre critique complète

Horaire en salles

Ciao Ciao

★★★ 1/2

Drame de Song Chuan. Avec Liang Xueqin, Zhang Yu, Hong Chang, Zhou Lin. Chine, 2017, 83 min.