Héréditaire (V.F. de Hereditary)

Photo: Elevation Pictures

À la mort de sa mère, une femme secrète, Annie, voit sa famille assaillie par des phénomènes inquiétants. Un malaise sourd se mue en terreur dans Héréditaire, film qui convoque le genre d’iconographie horrifique dont se nourrissent les mauvais rêves les plus prégnants. Un certain onirisme prévaut d’ailleurs dans ce premier long métrage d’Ari Aster, les personnages évoluant dans une réalité crédible, mais imprégnée juste de ce qu’il faut d’inquiétante étrangeté. C’est diffus mais indéniable, comme les raisons qui poussent Annie à croire au surnaturel. On n’assiste pas tant à une surenchère d’images-chocs qu’à une succession concertée de séquences horrifiantes dont certaines ont l’heur de tétaniser. À l’instar de cette force malveillante qui domine Annie et les siens, le film se joue du spectateur. Un spectateur pris de transe, rythme hypnotique aidant, et qui finit par entrer en symbiose avec les personnages, avec leur sort. Avec leur cauchemar.

Notre critique complète

Horaire en salles

Héréditaire

★★★★

Drame d’horreur d’Ari Aster. Avec Toni Collette, Alex Wolff, Milly Shapiro, Gabriel Byrne, Ann Dowd. États-Unis, 2018, 127 minutes.