Gauguin. Voyage de Tahiti

Certains cinéastes ont compris que les biographies retraçant la vie et l’oeuvre d’un artiste du berceau jusqu’à la tombe peuvent s’avérer indigestes ; ils préfèrent saisir un moment important, une période charnière, pour mieux révéler l’ensemble. Édouard Deluc (Mariage à Mendoza) décrit le premier séjour de Paul Gauguin à Tahiti en 1891, un voyage qu’il croyait être celui vers la terre promise. Même s’il a rencontré une de ses grandes sources d’inspiration, et goûté un peu à la liberté loin de la grisaille de Paris, l’artiste vivra encore dans la misère, dont celle engendrée par une santé chancelante. Cette tranche de vie aux accents exotiques est exécutée de façon exemplaire, mais c’est justement là où le bât blesse : la dissection du génie se fait dans les règles de l’art, ni plus ni moins, et Vincent Cassel injecte, sans surprise, son énergie batailleuse.

Notre critique complète

​Horaire en salles

Gauguin. Voyage de Tahiti

★★★

Drame biographique d’Édouard Deluc. Avec Vincent Cassel, Tuheï Adams, Malik Zidi, Pua-Taï Hikutini. France, 2017, 102 minutes.