Coup de cœur et coup de gueule sur la Croisette

Lars von Trier a été déclaré <em>persona</em> <em>non grata </em>à Cannes il y a sept ans pour ses propos sur Hitler.
Photo: Valery Hache Archives Agence France-Presse Lars von Trier a été déclaré persona non grata à Cannes il y a sept ans pour ses propos sur Hitler.

Coup de cœur

Pour la France. Par le biais de son volet «Aide aux cinémas du monde» au CNC, elle donne un gros coup de pouce à bien des films étrangers sélectionnés ici : 66 d’entre eux cette année, toutes sections confondues. En compétition par le biais de coproductions souvent, les films de Matteo Garrone (Dogman), Alice Rohrwacher (Lazzaro Felice), Jia Zhang-Ke (Ash Is Purest White), Pawel Pawikowski (Cold War) sont en partie financés grâce à l’Hexagone, sans qui la diversité au septième art serait pas mal moins possible.

 

Coup de gueule

Pas de conférence de presse du Danois Lars von Trier (à sa demande), dont le film The House that Jack Built a tant divisé sur la Croisette. Certains hurlent à la violence excessive, moi et d’autres y avons vu une proposition cinématographique très forte. Depuis que ce grand provocateur a été déclaré persona non grata à Cannes il y a sept ans pour ses propos sur Hitler, c’est sa première apparition ici, mais il n’a plus guère envie de parler. Dommage! On l’aurait bien écouté défendre la proposition de ce film-choc là.